AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 ✘ La rencontre au sommet [ PV Dylan ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rêveur
avatar

MESSAGES : : 125
NAISSANCE : : 15/04/1992
ÂGE : : 26
STATUT : : Chimère & Rêveur

MessageSujet: ✘ La rencontre au sommet [ PV Dylan ]   Sam 17 Mar - 22:27





• ✘ La rencontre au sommet •



La mort de mes parents adoptifs m'avait complètement abattu, et pendant les semaines qui avaient suivies cette perte, j'étais resté cloîtré chez moi, n'osant pas retourner sur la scène du crime. De ce massacre qui avait pour but de tuer les gens comme lui, des êtres qui n'ont rien demandés, qui sont nés comme ça, et de part leur différence physique, doivent être rejetés ? Ce monde est vraiment une abomination, peuplé de gens tout aussi abominable. Je décidai quand même d'y retourner. J'avais envie de voir ce qu'il restait de la maison de mon enfance, de ce quartier dans lequel j'ai grandis, certes, caché, mais j'y ai connu de bons moments. Ca me faisait tellement bizarre de retourner ici après tant de temps. Dire que j'aurais pu être là pour essayer de le sauver, mais j'ai découvert ce super laboratoire souterrain. Non, il ne fallait pas que je me sentes responsable. Les responsable, ce sont les rafleurs ! Car oui, j'ai eu le temps de me renseigner par la suite, et j'ai appris de nombreuses choses. Ceux qui tuent les chimères, et qui veulent prendre le pouvoir ici, s'appellent les rafleurs. Quand à celui qui a tué mes parents, et qui est donc leur chef, se nomme Hurle-au-Vent. C'est lui qui aurait créer ce groupe. J'en appris plus sur ce groupe, à l'aide d'autres chimères du quartier, bien que les informations soient assez minces. Apparemment, ce groupe travaillerait vraiment dans le secret total, personne ne sait qui ils sont, ni où ils sont. Tout ce que je sais, c'est que si je retrouverais Hurle, je lui ferais comprendre sa douleur. J'avais tellement envie de lui refaire vivre ce qu'il avait fait à mes parents, ou, encore pire, toucher à une membre de sa famille ou quelqu'un à qui il tient. Histoire qu'il ressente les mêmes sentiments que j'ai pu vivre ce jour là, et ce que je sens depuis ce jour là.


Ce que j'ai pu retrouver dans la maison de mes parents n'était que des choses calcinées, sans grandes importances. J'aurais tellement voulu trouver quelque chose, afin de le ramener chez moi. Mais il n'y avait rien de bien intéressant, et je craignais même que la maison s'écroule sur mon crâne. Je fis donc rapidement le tour, avant de tomber sur cette photo en noire et blanc, que mes parents avaient pris le jour même où il m'avait recueillis. Si je pouvais pleurer des deux yeux, je l'aurais fait, mais ce n'est que d'un oeil que ces quelques larmes se versèrent sur ma joue. Ils me manquaient vraiment. Mais je ne me laisserait pas abattre, ça non. J'allais le tuer. Je pris donc cette photo et la mis dans mon manteau, regardait une dernière fois derrière moi, et partit, laissant ce quartier de mon enfance derrière moi, et cette fois çi, pour toujours. C'était décidé, je ne retournerais ici que si j'en avais besoin. J'irais en ville pour acheter ce dont je pourrais avoir besoin pour fabriquer mes petites potions en tout genre, puis les vendre, en tant que marchant ambulant. Haine Stein, le savant fou masqué. Voilà comment j'attirerais mes clients. Il ne fallait cependant pas que je me fasses trop remarqué, car si les rafleurs trouvaient ma trace, je ne pourrais pas rivaliser, non, pas tout seul.

Je rentrais donc chez moi, me baladant dans le forêt, cueillant ici et là des herbes, pour m'éviter d'y retourner plus tard dans la journée. J'avais envie de créer des choses mortelles. Pour commencer, j'essayerais tout ça sur des animaux. Certes ils n'avaient rien demander, mais je suis un savant. Il faut des sacrifices pour faire avancer la science ! Bon j'essayerais ça ce soir, quand il fera nuit, il y a toujours des petits rongeurs qui viennent grattouiller près de ma maison. Enfin, je ne sais pas si j'aurais le temps, car quand j'arrive devant ma maison, je vois que la porte est ouverte. Je l'avais fermée, cela veut dire que quelqu'un est entrée par effraction chez moi. Qui était-ce ? Personne ne connait cette maison. Depuis que j'ai décidé d'y faire mon chez moi, jamais personne n'est venu. Je m'avançais tout doucement, silencieusement. Je n'avais rien pour me défendre... Alors je pris des risques, mais je décidais de parler, pour bien leur faire comprendre que j'étais là.

“ Qui est là ?! Vous êtes dans une propriété privée, vous n'avez rien à faire là !”

J'entendis du bruit, des bruits de pas. Ils provenaient de la cuisine. L'intrus avait-il trouvé mon laboratoire ? Avais-je bien remis l'armoire ? Je ne sais pas...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 25

MessageSujet: Re: ✘ La rencontre au sommet [ PV Dylan ]   Dim 18 Mar - 14:19



« Il n'est point de grand conquérant qui ne soit grand politique. Un conquérant est un homme dont la tête se sert, avec une habileté heureuse, du bras d'autrui. »

Depuis combien de temps déjà, n'avais-tu pas vu le bleu du ciel ? Depuis combien de temps déjà, ta vie n'était plus rythmée que par les pillages, les hurlements et le sang ? Vie stupide que celle-ci. Mais tu n'étais pas de ces stupides hommes à te conforter dans la situation de sous-fifre, remuant la queue et craignant le courroux de quelqu'un. Non, tu ne craignais le courroux de personne, il y a bien longtemps qu'aucun être semblable à un chef ou à un Dieu n'occupait ton esprit. Même dans ce stupide groupuscule qu'est les rafleurs, ce soi-disant « chef » semblait bien fade. Il n'apportait aucune importance à ses soldats, bien que stupide, allant jusqu'à les éliminer pour son plaisir sadique. En même temps, dans cette prison de fous, que pouvait-on devenir d'autre qu'un sadique aux plaisirs malsain ? Tant d'interrogation. Interrogation stupide, car dans ton cas, ta motivation était tout autre. Là où d'autres rafleurs se battaient pour avoir les grâces et faveurs d'un homme pourtant si ridicule, toi tu avais décidé de prendre la tête de cet homme. Bien que semblable à un simple rêve ou songe, cette motivation n'en restait pas moins la seule chose qui te motivait à faire ce que tu faisais actuellement. Être entouré de ces rustres pédophiles, sadiques et masochistes était déjà bien déplaisant. Mais le pire dans tout ça était sûrement le fait qu'ils pensaient être ton égal. Non, tu n'avais jamais eu de promotion te hissant à un rang stupide comme « capitaine » ou « maréchal », rien ne te dissociais de ces barbares. Enfin, rien ne te dissociait pour eux. Pour n'importe qui avec un peu d'intelligence et d'observation, il était évident que tu étais ô combien différent d'eux. Le seul rang qui convient à quelqu'un comme toi, est le rang d'empereur. Le droit divin de commander. Un droit que tu ne pouvais pas laisser à quelqu'un comme Hurle.

Cependant, le temps passait et toujours rien ne se présentait pour le détrôner. Il faut croire que, malgré sa rigidité, il avait été capable d'instaurer le respect par la peur. Une crainte si profondément enfoncer dans leurs petits esprits étroits que le moindre désir d'élévation ne pouvait que faner dans la seconde suivante. Un sol si peu fertile devait être entretenu longtemps pour faire pousser les graines de la mutinerie. Avais-tu cette patience, Dylan ? Bien sûr que tu l'as. Aujourd'hui était un jour spécial, une rafle. Oui, les rafles étaient des choses importantes pour toi. Un moyen de te déplacer librement en dehors du Carrousel, tant mieux l'odeur pestilentielle de leur transpiration commençait à t'agacer sérieusement. La préparation des soldats devait être rapide et on ne devait rien emporter d'encombrant, une tenue sobre en quelque sorte. Mais, cette règle ne te convenait pas. Une tenue sobre pour te mêler à ces abrutis ? Pas question. Comme à ton habitude, tu enfilais ta tenue militaire et tu recouvrais tes cheveux d'un képi noir comme l'ébène. Ton fouet accrocher à ta ceinture et ton épée dans l'autre main. Une façon comme une autre de défier les règles de Hurle, voyant s'il serait puéril au point de te parler de ta tenue.

La rafle commençait déjà et en à peine quelques secondes, le voyage n'était plus remplit que de cris de douleur. Mais, Dylan, participais tu activement à cette rafle ? Oui, tu faisais essentiellement acte de présence, tu tuais quelques personnes pour la forme également. Cependant, tu cherchais surtout un moyen de t'éclipser du champ de bataille pour trouver quelque chose ou quelqu'un d'intéressant. L'occasion se présentant sous la forme de trois femmes. Elles étaient plutôt attirante physiquement et ça, c'était un bon point. Tu avais déjà monté ton plan qui possédait un bon pourcentage de réussite. Tu t'approchais lentement des trois femmes aux visages déformer par la peur pour légèrement t'incliner dans leur direction et souffler ces quelques mots. « Des femmes aussi belles ne devraient pas être aussi sauvagement assassiné. Je vois en vous un destin bien plus radieux. Par ailleurs, je vous laisse prendre la fuite, je ne vous poursuivrais pas. ». Le silence laisser par ton étrange déclaration se fit bien court, en effet c'était une chance de survie qu'elles ne pouvaient que saisir. Après avoir laissé les trois femmes plus loin, tu tournas les talons et interpella trois rafleurs non loin, évitant de trop te faire remarquer et indiqua la direction prise par les trois femmes. « Eh les gars, vous en avez oublié trois, là. Faudrait peut-être commencer à se bouger le cul. »

La chance avait voulue que ces femmes se dirigent dans la forêt de cuivre. Exactement l'endroit pour s'éclipser en douce. Les trois rafleurs quant à eux se précipitèrent dans la forêt à leur tour pour chasser les trois femmes. Il ne faudrait pas plus de quelques minutes pour qu'elles ne soient rattrapées, violer et tuer. Une bien triste fin pour une bien noble cause qu'est ta prise du pouvoir. Faisant mine d'accompagner les trois rafleurs, tu t'enfonces avec eux dans la forêt de cuivre pour prendre ensuite un chemin indépendant. Te voilà donc avec un bon alibi pour Hurle et pour le reste de la petite troupe. Cependant, qu'est-ce que tu pourrais bien faire dans la forêt de cuivre ? Le mieux serait sûrement de rester planquer dans la forêt le temps que la rafle se termine et une fois qu'ils auraient levé le camp, commencer à chercher des alliés pour ton coup d'état. Que faire pendant ce temps-là ? Cette réflexion t'incitait à marcher dans la dangereuse forêt. Une fois un peu plus enfoncer dans la forêt, tu remarquais au loin une sorte de maison de campagne. Une maison ici ? Qu'est-ce que ça signifie

Continuant d'avancer en direction de la fameuse maison, il ne te fallut pas beaucoup de temps pour arriver au seuil de la porte. D'un violent coup de pied, tu ouvres la porte et dégaine ton épée de son fourreau accrocher à ta ceinture, personne. La maison était pour le moins lugubre, rien de bien impressionnant mais elle était bien trop banal pour ne rien cacher d'important. Toujours en avançant avec prudence, tu posais ton regard tout autour de toi. Tu arrivais maintenant dans la cuisine. Rien d'intéressant dans cette cuisine également, sauf cette imposante armoire. Tu avances lentement en direction de l'armoire, arrivant finalement devant cette dernière. Un bruit venait finalement de se faire entendre au moment où tu avais commencé à te tourner. Un grincement dans le sol. Juste devant cette imposante armoire. Un parquet grincent n'est sûrement pas une chose étonnante dans une vieille maison. Cependant, le fait que la porte était fermée indique que cette battisse est tout sauf abandonné et anodine. Ajoutons à cela que le fait que le grincement n'est été audible que devant l'armoire, cette armoire cachait quelque chose. Pas le temps de vérifier, une voix venait de se faire entendre. La voix en question ne semblait pas enchantée de ta présence, qualifiant même cette demeure de « propriété privée ». Très amusant, une propriété privée dans la forêt de cuivre ? Et puis quoi encore.

Un sourire se dessinais sur ton visage et lentement, un pied devant l'autre, tu pris la sortie de la cuisine et tu avais enfin une vue sur ton interlocuteur. Une chimère. Enfin, à part ces horribles créatures, qui d'autre pourrait trouver amusant de vivre dans un endroit aussi miteux ? Le sourire sur ton visage s'était effacé pour laisser paraître un visage impassible. Tu étais en position de force avec des armes et lui, il n'avait rien pour se défendre. Il fallait profiter de la situation et surtout, savoir ce qu'il cachait ici. Tu pris une avance rapide et dégainant en même temps ton épée, la lame froide de cette même épée pointait en direction de la nuque métallique de la chimère. Ne le laissant ni dans un état de danger important en raison de la protection métallique de son cou, ni en sécurité. « Ne t'amuse pas à jouer au plus malin avec moi. Une propriété privée, tu dis ? Dans la forêt de cuivre ? Tu veux bien m'en dire plus ? Je doute que ton passe-temps pendant tes vacances se résume à passer tes journées dans cette maison ou dans la forêt, à cueillir des fleurs pour ta dulcinée. Tu caches quelque chose et j'aimerais savoir de quoi il en retourne. »

Après ces mots, tu enchaînas avec des pas sur le côté jusqu'à te retrouver dans le dos de la chimère, lui bloquant la sortie. Mais il ne semblait pas stupide, sinon il aurait déjà essayé de fuir. Et le plus perturbant chez lui, en passant outre l'épais casque métallique recouvrant la moitié de son visage est son seul et unique oeil visible. Malgré la menace évidente que représentait Dylan, il n'avait pas vu dans son regard la moindre trace de peur. Effrayante créature.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rêveur
avatar

MESSAGES : : 125
NAISSANCE : : 15/04/1992
ÂGE : : 26
STATUT : : Chimère & Rêveur

MessageSujet: Re: ✘ La rencontre au sommet [ PV Dylan ]   Mer 4 Avr - 19:48





• ✘ La rencontre au sommet •



Je me demandais bien qui pouvait pénétrer dans cette si petite maison, qui était pourtant belle et bien fermée à clefs ! Depuis quand on rentre dans les maisons comme ça? Je n'avais qu'une crainte, c'est que ce soit un rafleur venu pour me tuer. Je n'avais pas trop d'arme pour me défendre sur moi, mis à part cette lame que j'avais dans ma veste et quelques fioles contenant de la fumée qui piquait les yeux pour m'enfuir, rien de plus. Tout était dans mon laboratoire. Si c'était un voleur, il ne trouverait rien de bien intéressant, sauf qu'il découvrait la trappe secrète. Et ça, c'est quelque chose que je ne voulais pas. Mon laboratoire, qui était bien désormais mien. J'avais fait cette entrée 'fracassante' comme on dit, pour montrer que je n'avais pas peur de la ou les personnes qui étaient présente chez moi, et que si l'envie m'en prenait, je pourrais les chasser d'ici. En règle général, c'est un peu de psychologie, mais ça marche. Lorsqu'on montre parfaitement que l'on est sur de soi, et que l'on dissimule bien ses émotions, les ennemis par exemple, on tendance à y croire, et à avoir, en quelque sorte, peur de ne pas être crains. Cette technique, je savais plutôt bien l'employer, ayant vécu plusieurs scènes marquantes dans ma vie, garder mes émotions pour moi n'est pas un problème. D'autant plus que ces émotions, je les ai toujours enfouies en moi, elles ne sont jamais ressorties, et elles ne sont pas prêt de voir le jour. Mon visage restera de marbre quoi qu'il arrive. Du moins, devant quelqu'un. Et ce quelqu'un se présenta enfin devant mes yeux.

Comme je l'avais bien deviné, les sons provenaient de la cuisine, et c'est un homme qui en sortit. Un homme avec un sourire narquois. Un sourire qui nous donne juste envie de lui enfoncer la tête contre un mur. Un sourire qui veut tout dire sur le genre de personne qu'il est. Je compris tout de suite, de par son attitude et son accoutrement, qui il était. J'en étais persuade. Habillé de façon militaire, armé, son sourire de vainqueur, c'est obligé, c'est un rafleur. Je retins ma respiration quelque seconde pour garder mon calme, mais je ne bougea pas, ne voulant pas faire de gestes suspects. Il n'y avait plus aucun bruit de fouille, j'en déduisis donc qu'il était seul. C'est plutôt une bonne chose pour moi, bien qu'il a l'air plus costaud que moi, et mieux armée, je ne penses pas faire le poids face à lui. Il allait falloir la jouer finement. D'autant plus que dès qu'il me vit, son esprit à du faire le rapprochement entre mon visage, et son statut de rafleur. Son sourire s’effaça donc de suite, laissant place à un homme, prêt à tuer n'importe qui. Et en effet, c'est bien ce qu'il comptait faire. Il était très rapide, surement surentraîné à tuer, car je n'eus pas le temps de faire un mouvement, qu'il avait eu le temps de dégainer et de s'avancer vers moi, me pointant la lame de son épée contre mon cou métallique. Il était vraiment déterminé, mais je ne bougeais pas d'un poil. Il ne fallait absolument pas que je lui montre que j'avais peur. Bien que je ne craignais pas vraiment la mort. Si je mourrais maintenant, je serais juste déçu de ne pas avoir pu accomplir ma vengeance...

« Ne t'amuse pas à jouer au plus malin avec moi. Une propriété privée, tu dis ? Dans la forêt de cuivre ? Tu veux bien m'en dire plus ? Je doute que ton passe-temps pendant tes vacances se résume à passer tes journées dans cette maison ou dans la forêt, à cueillir des fleurs pour ta dulcinée. Tu caches quelque chose et j'aimerais savoir de quoi il en retourne. »

Ainsi donc il prit le devant, se plaçant en position de force, prenant la parole en premier, me menaçant avec sa lame... Il voulait me faire comprendre que c'était lui le patron. Mais ça ne marche pas comme ça avec moi. Je lui ferais manger le métal de mon crâne s'il le faut. En plus de prendre cet avantage, il me demandait ce que je faisais là, voulant savoir pourquoi j'habitais là, dans cette maison. Dans la forêt. Par pur provocation, j'aurais voulu rigoler comme les humains normaux peuvent le faire, la bouche grande ouverte, pour bien lui faire comprendre qu'il me faisait plus de la peine, et donc me faisait rire, qu'autre chose. Mais je ne pouvais pas. Alors des espèce de sons semblables à des rires mais qui n'en étaient pas sortir de ma bouche métallique. Il m'avait tutoyer, je vois pas pourquoi j'en ferais autrement. Je n'ai pas de marque de respect à lui donner.

“En plus d'être curieux, et de fouiller toute ma propriété, il faut en plus que tu essayes de fouiller dans mon esprit et de savoir tout de moi ? Et vous pensiez réellement que j'ai l'intention de répondre à tes questions ? ”

Il se mit derrière moi, pour me bloquer le chemin. Dommage que j'ai refermé la porte, sinon j'aurais pu essayer de le balancer dehors. Mais une autre idée me vint. C'était risquée, mais il fallait que je tente le tout pour le tout pour m'échapper. D'un coup, je le poussa fort en arrière, en le plaquant le plus fort possible contre la porte pour le déstabilisé. Je pu alors passer en dessous sa lame et sortir ma petite dague que je cachais sous mon manteau, essayant de maintenant une distance correcte entre nous deux en reculant un peu, et en me tenant en position défensive, ma dague en avant.

“ Alors maintenant tu vas être gentil, tu vas me faire le plaisir de sortir de ma propriété sinon je serais obligé de te tuer. Et je t'avoue... Que de tuer un rafleur, ça ne me déplairait pas. ”

Je penses que comme mise au point, il n'y a pas mieux. Je lui avais bien fait comprendre que je ne me laisserais pas faire, que je savais me défendre, et qu'il allait devoir s'y prendre autrement pour obtenir la moindre information venant de moi.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 25

MessageSujet: Re: ✘ La rencontre au sommet [ PV Dylan ]   Ven 27 Avr - 11:42



« Entre l'inhumain et le surhumain, il me reste peu de place pour être humain. »

« En plus d'être curieux et de fouiller toute ma propriété, il faut en plus que tu essayes de fouiller dans mon esprit et de savoir tout de moi ? Et vous pensiez réellement que j'ai l'intention de répondre à tes questions ? ». Vous pensiez ? Il est clair que ce "vous" n'était pas une marque de respect, il t'avait tutoyé au début de la phrase. La conclusion de tout cela est qu'il t'assimile à un groupe. Comment aurait-il fait pour deviner aussi facilement que tu étais un rafleur ? Il est malin, c'est sûr. Ou alors, tu n'étais pas le premier rafleur à faire sa rencontre. Et si c'est le cas, il est étonnant qu'il soit toujours en vie. Pas le temps de pousser la réflexion plus loin qu'il utilisait sa force pour te pousser avec violence contre la porte. Il venait de profiter de cet instant pour prendre sa dague. Il était donc armé et capable de se défendre ? Cette scène était réellement comique. Ce n'était pas la première fois que tu te retrouvais dans une situation similaire et pourtant, cette fois-ci, tu avais l'impression que c'était particulièrement dangereux.

Tu penches simplement ta tête en arrière, pour la coller à la porte. Tu admirerais presque la volonté de cette chimère de défendre sa "propriété privée". Ton intérêt pour la maison en question s'était finalement complètement poser sur la chimère au crâne métallique. Il était intelligent, courageux et même si sa garde était pleine de troues, il était près à prendre ta vie à la moindre occasion. Et puis, ce regard. Oui il était parfait. « Alors, maintenant tu vas être gentil, tu vas me faire le plaisir de sortir de ma propriété sinon je serais obligé de te tuer. Et je t'avoue... Que de tuer un rafleur, ça ne me déplairait pas. ». Ohoh, une haine contre les rafleurs ? Cependant, la réaction de la chimère n'était pas très intelligente. Ou alors il était très naïf. Un rafleur qui abandonnerait après une menace ? Même si l'homme en face de toi était un danger, la dague qu'il avait en sa possession n'en était pas vraiment un. Tu fronces les sourcils et tu avances rapidement vers la chimère pour bloquer sa main et poser ta propre dague contre l'artère fémorale de la chimère. Un pari risqué, car si jamais la jambe de la chimère était également en métal, il serait plutôt compliquer de couper une artère inexistante. Enfin, avec la position dans laquelle tu étais, tu pouvais difficilement faire mieux. Un grand sourire se dessinait sur ton visage, tu avais peut-être enfin trouver un allié de poids. C'est d'une voix lugubre que tu pris la parole pour briser le silence pesant qui s'était installé depuis que la froide lame de ta dague caressait l'artère de la chimère. « Si tu veux me tuer, fait le sans parler. Un simple rafleur n'aurait pas la moindre hésitation à te couper les deux jambes et te vendre au plus offrant. Mais tu as eu une réaction plutôt prudente, je te félicite. Peut-être que dans une autre situation, c'est moi qui serait dans la position inconfortable. ». Après ces quelques mots, tu resserres l'étreinte de ta main sur son poignet.

L'avantage que tu avais était évident, tu avais plus de force que lui et l'habitude du combat. Ton regard tournais vers la seule main libre de la chimère, pour ensuite regarder Haine dans les yeux. Non, pas un regard rassurant. « Si tu essayes quoi que ce soit avec cette main, je couperais ton artère fémorale. Et j'ai pas l'impression que quelqu'un ici soit capable de te sauver après ça. Il en va de même pour le moindre de tes gestes suspects. Je n'aurais aucuns regrets à te laisser te baigner dans ton sang et fouiller cette maison moi-même. Et si je venais à ne rien trouver, j'irais jusqu'à la brûler complètement, bien sûr. ». Sans aucuns regrets ? Un bien vilain mensonge, cette chimère serait un allié de poids dans ta prise du pouvoir et la mort du chef des rafleurs. Et puis, ce n'est pas un pleutre, pas comme les autres rafleurs lèches-bottes.« Bien, voilà ce que je te propose. Tu sembles avoir une rancoeur contre les rafleurs et... Moi aussi. Qui plus est, ce que tu caches ici pourrait bien être utile dans ce que je veux faire. Ton nom ? ».



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ✘ La rencontre au sommet [ PV Dylan ]   

Revenir en haut Aller en bas
 
✘ La rencontre au sommet [ PV Dylan ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Le 5 e sommet des Amériques
» Le premier ministre Alexis est au Sommet...
» [FB] L'ivrogne et le médecin - Duel au sommet [PV Arthy]
» [Evènement]Au sommet de la montagne !
» Duel au sommet du Crâne
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: QUART CENTRAL :: ➢ Forêt de cuivre :: » Laboratoire secret d'Haine-