AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 On ne peut décidémment jamais être tranquille... [PV: Narcisse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Natif
avatar

MESSAGES : : 8
STATUT : : Native

MessageSujet: On ne peut décidémment jamais être tranquille... [PV: Narcisse]   Mar 20 Mar - 17:48

    Une forêt dangereuse certes, mais cependant tellement aimée par certaines personnes... Un refuge pour des personnes qui ne sont pas comme les autres et qui souhaitent surtout la tranquillité et l'indifférence des autres espèces. La plupart des personnes vivants sur cette île et n'y étant pas née se perdent, s'égarent, meurent parfois ici... Sous les yeux de quelques « barbares » comme certains disent. Des êtres qui ont seulement choisis de ne pas vivre parmi les autres... Ces perdus qui ne leur veulent pas spécialement que du bien... Un lieu où pourtant il fait bon vivre lorsque l'on y est habitué et qu'on y a grandi. Mais il faut être un natif pour cela. Et c'était le cas d'une femme, enfin... Une jeune fille assez mystérieuse, née dans la nuit de ce monde hostile... Une jeune femme pleine de ressources et connaissant chaque secret de ces lieux que l'on dit sauvages. Elle avait en effet, dans sa jeunesse passé ses journées à errer à droite et à gauche, à la recherche simplement d'un jeux ou une occupation, affrontant parfois ses plus grandes peurs mais aussi courageuse qu'elle était, elle ne renonça pas...

    Qui est-elle ? Et bien... Elle se prénomme Lucia. Lucia Smirva pour être précis. Une orpheline native d'une vingtaine d'années de Gefängnis.. Une beauté rare ici dans les natifs, une beauté pure, mystérieuse... Mystique même. Une beauté qui peut vous effrayer au premier abord mais qui vous séduit bien vite, qui vous enchante, capte votre regard et ne le lâche plus jusqu'à ce que votre cœur en souffre. Quelques personnes vous dirons, après l'avoir croisé, ou l'avoir consultée, que c'est une sorcière mais il n'en est rien. C'est juste une femme qui essaye de vivre sa vie avec sa différence. Elle ne demande rien de plus qu'on la laisse tranquille et au calme. C'est pourquoi elle aimait cette forêt et en avait fait son fief. Personne ici ne la troublait enfin la plupart du temps. Mais parfois, un étranger passait et elle était bien obligée de le guider jusqu'à un échappatoire pour sortir de cette immensité de feuillages et de pièges mortels..

    En ce moment même elle était en train de marcher tranquillement entre les arbres, les feuilles, les insectes qui la fuyaient par peur et des quelques ruisseaux qui avaient la malchance de passer par ici. Elle pensait, en marchant elle réfléchissait. Au sens de sa vie, à ce qu'elle pouvait bien apporter à cette terre, cette île qui l'avait vu naître, qui lui avait permis de trouver sa voie et d'apprendre à se défendre contre les autres hommes et leur côté vil. Ce matin elle avait encore reçue une consultation où un homme lui avait demandé de lui dire que son avenir serait de partir d'ici... Mais bien entendu ce n'était pas aussi facile de s'en aller de Gefängnis... Sinon bon nombre de personnes seraient déjà parties. Les hommes passant ici croyaient encore à l'avenir mais Lucia, elle, n'y croyait plus depuis bien longtemps...

    En chemin il lui arrivait parfois de ramasser quelques plantes puis de s'arrêter au pied d'un arbre et de regarder le ciel... Et c'est ce qu'elle fit d'ailleurs en ce jour. Elle s'assit simplement, calant son dos contre le tronc de l'arbre sûrement centenaire et leva ses yeux si purs sur le ciel noir et étoilé. Aurait-elle la chance de voir un jour ce que les perdus appelaient le soleil ? Peut-être... Lucia ferma ensuite les yeux et huma la petite brise qui était présente. C'était si rare en ce lieu humide que cela rafraîchissait grandement son cou qui commençait à souffrir de la chaleur. Elle se perdait parfois à imaginer que ce n'était qu'un mauvais rêve, que tout ce cauchemar qu'était sa vie s'arrêterait d'une minute à l'autre mais rien n'y faisait. Quand elle ouvrait les yeux, elle voyait toujours la même chose et avait toujours la même désillusion. Alors elle se laisser aller à ses questionnements : pourquoi elle ? Pourquoi toute sa vie n'était que chaos ? Qu'avait-elle fait de mal pour ne pas vivre comme le ferait une femme normale ? Elle était peut-être trop différente en fin de compte. Mais bien vite elle se reprenait et se disait que ce n'était pas si mal de se démarquer, et qu'un jour son tour viendrait.

    Mais des bruits de pas distrayèrent la jeune native et elle tourna très doucement la tête et surtout les yeux vers une silhouette qui se dessinait au loin. Sûrement une perdue encore... Ou peut-être encore un membre des rafleurs pour qu'elle les aide. Mais la silhouette laissa place à un corps de femme... Une femme assez grande et mince, avec des formes là où il le fallait. Elle la regarda passer devant elle mais lorsque leur regards se croisèrent, elle ne put réprimer un tremblement, un frisson. Ce fut étrange... Et elle se demanda si elle n'avait pas un lien avec elle... Alors elle décida de rester là, mais de prononcer enfin quelques paroles, pour peut-être en savoir plus sur cette étrangère qui lui avait procurer une sensation étrange et encore inconnue...

    « Bonjour... Excusez moi mais... J'ai l'impression que l'on se connait... »

    Lucia avait murmuré cela avec délicatesse et un ton calme, contrôlé, habile. Les gestes et preuves d'affection ou autres n'étaient pas sa tasse de thé mais d'un autre côté, elle savait très bien jouer avec les mots et trouver le bon à chaque moment propice... Tout était tellement compliqué avec elle, mais en même temps simple une fois qu'on y était habitué... D'un geste gracieux et en harmonie avec les mouvements des feuilles autour d'elle, la native s'éleva sur ses pieds et s'avança sans geste brusques et sans mouvement trop rapide vers l'inconnue. Ses longs cheveux corbeaux retombaient sur sa poitrine, pour finir leur course sur son ventre, et son dos, atteignant on ne saurait dire quelle partie de son corps car ceux à l'arrière étaient tressés pour une raison pratique sans doute.

    « Nous serions nous déjà rencontrées ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
On ne peut décidémment jamais être tranquille... [PV: Narcisse]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Amber - On peut m'adoucir, mais jamais me dresser...
» On ne peut jamais être tranquille. [PV Noëlle]
» On peut même plus faire ses emplettes tranquille ! ✩ Gary
» Comment peux-tu te connaître si tu ne t'es jamais battu ? | shane
» weronika ღ Heureux les cœurs qui peuvent plier, car ils ne seront jamais brisés. Heureux les cœurs qui peuvent crier car ils seront heureux. Mais le sont-ils vraiment ? Car un cœur qui n’est pas brisé ne peut pas guérir...
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: QUART OUEST :: ➢ Jungle-