AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 55
NAISSANCE : : 27/09/1996
ÂGE : : 21
STATUT : : Native.

MessageSujet: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Lun 2 Avr - 17:49

    Close.
    Son Palais, ses villas, son bidonville.
    La ville s'étendait à perte de vue sous les pieds d'Alice.
    Elle était figée en haut d'une tour, à l'affût.
    Elle guettait sa proie.
    Tel un chat, sur les toits de tuiles, elle surveillait étroitement sa cible.
    Un homme, qui fréquentait assidûment le club de combat secret tenu par une dénommée Kätzchen. EDIT E.P : Héhé ♥ Alice n'y était jamais aller, elle pourrait y croiser des Rafleurs, et ce genre de lieu ne collait pas avec l'image qu'elle entretenait à Carrousel.
    Il fallait pourtant qu'elle en apprenne plus sur cet endroit. Les informations se vendaient chères, car les gens pariaient des sommes énormes sur les combattants.
    Et si l'homme qu'Alice suivait était un combattant, et qu'elle arrivait à en déceler les faiblesses, alors... Maël serait très fier d'elle.
    La jeune fille eut un petit sourire de satisfaction niais en songeant à son coéquipier.
    Elle reporta néanmoins son attention sur sa cible.
    Sexe Masculin. Cheveux longs, blonds. Yeux noirs. Forte corpulence. 1 mètre 71. 27ans. Perdu, condamné par son gouvernement pour violation de secrets d'Etat.
    C'était tout ce qu'Alice avait pu tirer de ses filatures jusqu'à présent.
    Elle sauta gracieusement du toit, dans le but d'atterrir dans une petite ruelle, et de s'approcher pour entendre les paroles de sa cible.
    Chute libre et réception parfaite, en position accroupie, sa main droite posée au sol.
    Main qui lui faisait atrocement mal. Finalement, sa réception n'avait peut-être pas été si parfaite que ca... Elle plia ses doigts un à un. Argh. Le plus petit. C'était prévisible, elle se l'était déjà cassé plus jeune. Elle n'aurait qu'à le remettre en place et se balader avec une atelle pendant quelques temps, une fois rentrée à Carrousel. Ca faisait un mal de chien, mais tant pis, elle pourrait faire avec, le temps de récolter les informations qu'il lui fallait.
    Elle se mêla à la foule sans perdre de vue sa cible.
    Et se stoppa brusquement.
    Il s'était arrêté pour parler à une femme. Belle, aux formes généreuse, et aux gestes emplit de sensualité, elle observait l'homme avec un regard plein de sous entendus. Ils se tenaient très près l'un de l'autre et la femme effleurait de ses doigts le corps de la cible.
    Alice sourit.
    Elle savait maintenant qui connaissait sans doute beaucoup au sujet de l'homme.
    Elle s'approcha d'un vendeur ambulant qu'elle connaissait :


    - Bonjour Monsieur !

    - Bonjour ma petite Alice. C'est bon de te revoir. Comment allez vous, toi et Alek ? On ne vous voit plus faire les garnements dans le quartier...

    - On grandit et on mûrit Monsieur, vous savez... Mais dites moi, vous savez qui est cette femme ?

    Elle désigna la voluptueuse blonde du doigt.

    - Ah elle... C'est une chirurgienne. Zita Székely ou quelque chose comme ça... Elle est plutôt doué, paraît-il. Mais je ne m'approche pas d'elle, sinon ma femme me tuerait.

    Une chirurgienne a la réputation sulfureuse. Voilà qui était très intéressant...
    Alice remercia le commerçant de son plus beau sourire.
    Elle examina ses Ombres.
    Toutes ses personnalités l'attendaient. Elle se drapa de L'Innocente.
    Alors que l'homme s'éloignait, Alice laissa pendre pitoyablement sa main et s'approcha de la médecin :


    - Excusez moi... J'ai entendu dire que vous étiez chirurgienne ? Aidez moi s'il vous plaît, je crois que je me suis cassé un doigt... Ca fait mal, et...

    Alice renifla alors que les larmes lui venaient naturellement aux yeux :

    - Je ne pourrais plus gagner ma vie avec mes bols, si je ne peux plus faire de poterie...

    Elle était cette pauvre fille vendeuse de pots qu'elle faisait de ses mains.
    Ce n'était plus un mensonge.
    L'Ombre avait prit possession d'elle.


Dernière édition par Alice Lightness le Jeu 5 Avr - 17:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rêveur
avatar

MESSAGES : : 40
NAISSANCE : : 12/01/1996
ÂGE : : 22

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Lun 2 Avr - 20:31

J’effiloche, je coupe, je taille, je glisse sous la chaire et repasse. Je tire du bout des doigts, referme, pince, serre. Simple, net et précis. Pas une tache, pas une bavure.

Je m’essuie le front, contente de moi. Même avec ce matériel de merde, j’ai réussit à refermer la blessure. Le type, soulagée que la séance de torture soit finie, s’écroule un peu plus sur sa chaise. Et oui, pas d’anesthésie, désolé mon gars, je n’ai pas les moyens.

Sa femme, à ses cotés, les lèvres pincées me remercie allégrement. Je me relève, lui lance un petit sourire et me casse sans demander mon reste. Je suis trop gentille parfois. Enfin, on ne peut pas dire que j’ai le choix. Ici, soit tu obéis, soit tu te bats. Et je préfère observer qu’agir. Ainsi, lorsque l’on me dit « occupe-toi des malades, des blessés, des pauvres gamins qui crèvent à même le sol », je ne peux pas répondre comme j’avais l’habitude de le faire « Va te faire foutre ». En même temps, si je n’en avais pas envie, je ne le ferais pas. Je dois avouer que soigner me fait du bien, me soulage la conscience. Et la médecine est ma vocation alors j’en profite. Mais chut, c’est un secret.

Mais les conditions sont désastreuses. Trop peu d’hôpital, et ceux-ci même sont trop sales et inefficaces. Alors je me rends utiles. Les rues poisseuses contrastent avec le déhanché sensuelle que j’arbore inconsciemment. Je cherche, ennuyée, une source d’amusement.

Bingo. Un homme. Pas vraiment un canon mais que j’ai déjà rencontré quelques fois auparavant et qui a sut, comment dire… Me satisfaire ? Ni vu, ni connu, je m’approche de lui, tapote son épaule délicatement, sourit lorsqu’il se retourne. Nous parlons, une longue conversation de murmures, de doux chuchotements. Je glisse ma main sur son bras, me penchant en avant, lui susurrant à l’oreille une heure, un endroit.

Après cela, il s’éloigna, un peu dans la lune, pensant surement à ce qu’il allait avoir le plaisir de gouter un peu plus tard. Je m’apprêtais à partir mais avant avoir eu le temps de me retourner, une jeune fille m’interpelle.


- Excusez-moi... J'ai entendu dire que vous étiez chirurgienne ? Aidez moi s'il vous plaît, je crois que je me suis cassé un doigt... Ca fait mal, et...

Je regardais avec pitié la jeune fille. Après avoir jeté un coup d’œil à son doigt, mon regard d’expert me confirma ce que venait de m’annoncer celle-ci. Je soupirais lorsque ses yeux s’embuèrent de larmes. Vraiment, je ne sais pas comment réagir avec les pleurnichardes. Je m’efforçais tout de même de sourire gentillement, de garder une voix calme et rassurante pour ne pas l'effrayer.

- Je ne pourrais plus gagner ma vie avec mes bols, si je ne peux plus faire de poterie...
- Ne t’en fais pas, suis moi.


Elle semblait bien misérable, son regard plein de supplication, sa démarche boiteuse, montrant sa fatigue, ses expressions faciales, sa manière de bouger. Alors pourquoi étais-je aussi mal à l’aise. Alors que je marchais devant elle, la guidant, je n’osais pas me retourner. Je ne sais pas pourquoi mais ce que me disait cette jeune fille sonnait comme… Faux.

Ah ! Idiotie. Pourquoi irait-elle se faire passer pour une pauvre vendeuse de poteries ? Je ne pouvais tout simplement pas classer ce genre de passe temps dans la case normal. Mais il y avait un détail, je n’arrive pas à saisir lequel, une petite chose, à peine cachée, tellement voyante qu’elle en passait inaperçue…

Je chassais ces vaines idées de ma tête. Nous arrivions dans un petit coin où trônait un banc. Je lui demandais de bien vouloir s'asseoir et ouvrait doucement la mince mallette contenant quelques instruments de secours. Je n'était pas vraiment équipé.


- Raconte moi comment tu t’es fais ça pendant que je t’examine.

J’attrapais la main de la jeune fille, observais son doigt, rien de très grave, juste une petite fracture. Je n'avais pas vraiment besoin de l'examiner, mais disons que je sentais que cette jeune fille pouvait s’avérer intéressante. Et quoi de mieux que ça pour m'arracher à l'ennuie ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 55
NAISSANCE : : 27/09/1996
ÂGE : : 21
STATUT : : Native.

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Jeu 5 Avr - 16:18

    La médecin était vraiment belle.
    Ses traits étaient harmonieux, et ses yeux profonds. Elle dégageait une sensualité certaine, et en rajoutait, peut-être inconsciemment, Alice ne pouvait pas encore le déterminer.


    - Ne t’en fais pas, suis moi.

    Le ton n’était pas condescendant, pas gentil emprunt d’hypocrisie, celui qu’on utilise parfois avec les malades ou les pauvres. Il n’était pas non plus brusque, ou méchant.
    Un ton juste simple. Emprunt d’une certaine lassitude peut-être, mais la lassitude d’une femme qui aime ce qu’elle fait, et qui s’en acquitte avec affabilité. Une personne qui se veut rassurante, sans être invasive.

    Alice adopta naturellement une démarche effarouchée, timide, se laissant entraîner par la chirurgienne. Elle n’était plus celle qui avait suivie avec grâce et légèreté un homme sur les toits de Close. Elle était Alice la misérable potière qui s’était cassé quelque chose et qui s’effrayait des conséquences. Alice pouvait être n’importe qui, mais elle l’était toujours réellement. Alice n’était pas fixe. Alice était totalement imprévisible et changeante.
    Zita Székely ne lui ressemblait pas. Elle était elle même, ne cachait pas sa personnalité. Au contraire, tout chez elle proclamait qui elle était. Une médecin. Une aguicheuse. Et elle l’assumait totalement, ne se cachait pas et devait sans doute trouver méprisant le fait de se voiler la face. Alors que la personnalité d’Alice était changeante et adaptable, celle de Zita était aussi dure que le roc, complexe et profonde mais toujours identique à elle même.
    Alice appréciait cela. C’était plus facile pour elle et… D’une certaine façon… Elle admirait ce genre de personne. Ce genre de personne qu’elle n’était pas et qu’elle ne pourrait jamais être.
    Parce qu’elle aimait trop changer.


    Elles s’assirent sur un banc blanc, relativement en bon état, fait rare dans cette partie miteuse de Close.
    Laisser faire l’Ombre, le personnage, totalement…

    Alice s’assit docilement alors que Zita l’en priait. Elle garda la tête baissée, jetant des coups d’œil vers la médecin, se demandant ce qui allait se passer avec appréhension. Sa survie dépendait de ce doigt : elle en avait tellement besoin pour les poteries !
    La chirurgienne ouvrit sa mince mallette. Des instruments brillants, peu nombreux… Mais la médecin ne parut pas en faire grand cas, et attrapa la main d’Alice, pour l’examiner :


    - Raconte moi comment tu t’es fais ça pendant que je t’examine.

    La réponse sortit, naturellement :

    – Je suis tombée d’une fenêtre… Ma logeuse ne veut pas que je fréquente mon ami, Maël, et pour que je puisse descendre le rejoindre sans qu’elle ne s’en aperçoive, il m’a appelé et m’a dit de descendre par là… Mais je me suis fait mal à la main, en me rétablissant… Comme j’ai fait beaucoup de bruits en tombant, j’ai eu peur que la logeuse vienne voir et donc j’ai dit à Maël de partir, que ce n’était pas grave. Sauf que… C’est faux… J’ai vraiment mal…

    La douleur était lancinante et dure. Elle serrait les deux, peu habituée à pareilles choses. La poterie demandait délicatesse et précision, elle ne s’était jamais rien cassé jusque là, et c’était vraiment horrible…

    Le mensonge était venu si naturellement, comme tout le comportement et l’état d’esprit d’ailleurs. De toute façon, ce n’était qu’un demi mensonge. Le contexte était totalement faux, mais le fond était réel. Impossible de déceler le vrai du faux étroitement liés.

    Zita examinait toujours sa main, avec précision et fermeté. On sentait son expérience, son savoir faire. Alice comprit qu’elle était douée, même très douée.
    Une femme vraiment intéressante, décidemment.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rêveur
avatar

MESSAGES : : 40
NAISSANCE : : 12/01/1996
ÂGE : : 22

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Lun 9 Avr - 17:41

– Je suis tombée d’une fenêtre… Ma logeuse ne veut pas que je fréquente mon ami, Maël, et pour que je puisse descendre le rejoindre sans qu’elle ne s’en aperçoive, il m’a appelé et m’a dit de descendre par là… Mais je me suis fait mal à la main, en me rétablissant… Comme j’ai fait beaucoup de bruits en tombant, j’ai eu peur que la logeuse vienne voir et donc j’ai dit à Maël de partir, que ce n’était pas grave. Sauf que… C’est faux… J’ai vraiment mal…

Elle écouta d’une oreille distraite. Pas qu’elle n’était pas intéressé, non, après tout c’est elle qui avait posé la question. En examinant un peu plus posément son doigt, elle remarqua que l’os était fragile. Elle avait surement dût plus d’une fois sauter par une fenêtre pour rejoindre un ami. La bonne blague. Enfin, elle allait faire de son mieux pour réparer ça vite fait bien fait. Après tout, comme l’avait dit la jeune fille, ses revenues dépendaient de la poterie. Et sans ses doigts, dure de modeler quoi que ce soit.

Une fois qu’elle eut finis de parler, elle attrapa son doigt plus fermement et entreprit de poser une attelle avec les moyens du bord. Un ou deux sparadraps, une barre en carton et le tour est joué. Après avoir finit, elle se retourna vers la blondinette et lui sourit cette fois sincèrement.


- Tu n’a vraiment pas de chance. Mais ne t'inquiète pas, garde cette attelle et tout ira bien.

Elle se leva, referma la petite boite, l’attrapa et tapota la tête de la jeune fille, à la manière d’une mère qui cherche à consoler son enfant. Il est vrai que « l’enfant » dans ce cas là, n’en était pas vraiment un, mais Zita se sentait triste pour la jeune fille. Peut-être était-ce son instinct maternelle qui se réveillait là ? Après tout, la jeune fille avait une petite bouille à croquer et qui ne craquerait pas devant ça ? Zita, si, en tout cas.

Cela devait être dure pour elle de devoir accomplir des taches pareille à son âge. Désormais, elle ne doutait plus de son histoire même si elle avait toujours le sentiment qu’il y avait quelque chose de bizarre.


- Tu devrais faire plus attention à toi, d’accord ?

Elle retira la main de ses cheveux et lui envoya une pichenette sur le front. Malgré sa réputation sulfureuse et quoi qu'elle en dise, la blonde avait bon cœur. Ainsi, elle ne lui demanda rien en échange du traitement comme l'aurait fait certains de ces médecins véreux. Je doute même qu'ils n'aurait accepté de la soigner. Avant de partir, elle lui sourit une dernière fois puis se retourna.

Alors qu’elle commençait à s’éloigner du banc où était encore assise la jeune fille, elle eut un sentiment de vide, comme si quelqu’un ou quelque chose lui soufflait de ne pas partir. De ne pas laisser cette blondinette derrière elle. Mais elle ignora cette petite voix, la trouvant ridicule. Non, se trouvant ridicule. Elle aurait voulut en savoir plus sur sa vie. Elle n’avait rien à faire aujourd’hui, personne à écouter, rien à se mettre sous la dent… Excepté bien sur l’homme qu’elle avait rencontré plus tôt.

Chassant une nouvelle fois une brusque poussée d’ennuie. Elle se dit que la curiosité était un vilain défaut et ne s’autorisa plus à y penser. De plus, ce n'est pas comme si elle allait lui courir après ou la revoir un jour. Enfin, qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 55
NAISSANCE : : 27/09/1996
ÂGE : : 21
STATUT : : Native.

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Sam 21 Avr - 15:58


    Alice baissa les yeux sur son doigt. A l'aide de gestes sûrs et précis, Zita posait une simple attelle de sparadrap et de carton. Elle admira l'ingénieusité de la jeune femme. Alice aurait pris quelques bandages et aurait fait tenir ses deux doigts ensemble d'une manière certes efficace, mais grossière et plus longue que celle utilisée par la médecin.
    Elle sourit. Cette rencontre était décidément des plus intéressantes...

    La chirurgienne acheva son travail avec un certaine satisfaction dans le regard, qu'elle plongea dans les yeux d'Alice. La jeune fille fut étonnée de déceler de la tendresse dans les yeux bleus de la médecin, ainsi que de la compassion.
    Zita était quelqu'un d'étonnement facile à cerner. Elle était simple et gentille, cherchant à se distraire là où elle le pouvait.
    Et la plantureuse blonde lui tapota affectueusement la tête en disant :

    - Tu devrais faire plus attention à toi, d’accord ?

    Alice aquiesca et essaya de faire passer à travers ses yeux toute la reconnaissance et la gratitude qu'elle ne manquait pas d'éprouver envers la médecin.
    Zita n'ajouta rien de plus et ne demanda aucune rémunération pour son travail, se contentant de la regarder une dernière fois avec bienveillance tout en s'éloignant.

    Alice ne laisserait pas sa cible filer ainsi. Alors, elle se leva et attrappa le bras de la femme à l'aide de sa main valide.

    - Attendez !

    Elle baissa les yeux, sans croiser le regard de Zita, et sentit ses joues s'empourprer.

    - Je voudrais... Heu...

    La jeune potiére timide qu'Alice incarnait ne pouvait qu'hésiter à faire un telle demande.
    Enfin, avec un petit silence, elle murmura :

    - S'il vous plaît... Vous pourriez... Me conseiller ?

    Elle refusait toujours obstinément de croiser le regard de la médecin, toute rougissante.

    - En vérité, je suis amoureuse de Maël mais... Dites moi ce que je dois faire, s'il vous plaît... Je ne sais plus du tout...

    Elle ne pouvait dire de phrase plus véridique et remplie de sentiments aussi pures. Car tout ce qu'elle venait d'affirmer était l'exacte vérité.
    Seul le contexte était différent.
    Décidément, c'était si amusant de manipuler la réalité, pensa Alice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rêveur
avatar

MESSAGES : : 40
NAISSANCE : : 12/01/1996
ÂGE : : 22

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Mer 25 Avr - 17:45

Et bien, cela n’avait pas mit longtemps. A peine avait elle fait quelques pas que la jeune fille l’interpela une nouvelle fois, la stoppant en retenant son bras. Malgré son apparence frêle, elle avait une sacrée poigne. Zita fit aussitôt volte-face et fut tenter de plonger son regard dans celui de la jeune fille qui le baissa aussitôt.

- Je voudrais... Heu...

Elle rougit légèrement, et Zita n’osa pas ouvrir la bouche, de peur qu’elle ne finisse pas sa phrase et ne s’enfuisse, tel un animal effrayé.

- S'il vous plaît... Vous pourriez... Me conseiller ?

Ses joues s’enflammèrent avec force cette fois-ci et elle gardait les yeux rivés sur ses pieds. La blonde devina qu’elle allait lui parler de problème de cœur mais resta silencieuse.

- En vérité, je suis amoureuse de Maël mais... Dites moi ce que je dois faire, s'il vous plaît... Je ne sais plus du tout...

Bingo. Mais la jolie petite blonde ne s’adressait pas à la bonne personne. Pas du tout même. Il est vrai qu’avec sa réputation, il était facile de croire que Zita s’y connaissait en romance. Mais loin de là. Pour elle, un couple était une source d’ennuie. Se destiner à jamais à une seule personne jusqu’à ce que mort s’en suive n’était pas ce dont elle rêvait, pour tout vous dire. Les relations sans lendemain, elle en était surement une collectionneuse mais l’amour pur et dur, encore sauté sous un camion.

Pourtant, elle aurait bien voulut l’aider. Un petit sourire crispé passa sur son visage et elle ne put se retenir de soupirer.


- Ecoute, je suis désolé, mais tu te trompe de personne.

Elle leva la tête vers le ciel, cherchant une réponse claire, caché quelque part, entre deux nuages peut-être ? Mais elle ne la trouva pas et bafouilla un semblant de phrase.

- Tu vois … J’ai peut-être… Enfin, oui, j’ai une réputation de « femme fatale » mais… Mais, pour pas pour ce qui est de l’amour... Je serais même, encore plus perdue que toi dans ce genre de situation. Si tu vois ce que je veux dire…

Elle se retourna vers la jeune fille et posa la main dans ses cheveux, releva doucement sa tête et lui sourit, comme pour s’excuser de n’être d’aucune utilité. Après avoir réfléchis un instant, elle se dit qu’elle avait du temps à perdre et tendit sa main devant elle, l'incitant à la prendre.

- Désolé… Mais si tu veux, pour me faire pardonner, on peut discuter un peu ensemble ? Même si je ne te promets rien.

Étrangement, Zita avait abandonné tout soupçon à l’égard de la jeune fille, laissant de coté le petit détail qui la dérangeait, surement une illusion d’ailleurs. Elle avait envie d’être douce avec celle-ci. Pourquoi ? Elle n’en savait strictement rien. Elle dégageait quelque chose d'étrange, mais encore fallait-il trouver quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 55
NAISSANCE : : 27/09/1996
ÂGE : : 21
STATUT : : Native.

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Mer 9 Mai - 17:52

      - Ecoute, je suis désolé, mais tu te trompe de personne.

      Alice sentit des larmes lui monter aux yeux. Elle ne trouverait jamais personne pour l'aider dans son problème...
      Zita leva la tête vers le ciel, comme si les réponses se trouvaient là haut. Alice devait-elle se mettre à prier ?
      Mais Zita ne trouva qu'un semblant de réponse, un bafouillement, et Alice sentit le coeur du personnage fragile qui l'habiter se tordre sous l'effet de la déception :

      - Tu vois … J’ai peut-être… Enfin, oui, j’ai une réputation de « femme fatale » mais… Mais, pour pas pour ce qui est de l’amour... Je serais même, encore plus perdue que toi dans ce genre de situation. Si tu vois ce que je veux dire…

      Alice secoua la tête, les yeux humides. Non, elle ne voyait pas ce que Zita voulait dire. Comment une femme aussi belle pouvait ne pas connaître l'amour ? Elle devait en attirer plus d'un...
      Alice rencontrait une faille dans la personnalité de Zita. Aspect qu'elle devait creuser, pour la connaître, la piéger et en apprendre plus sur sa cible. La jeune femme avait-elle peur de s'engager ? Ne cherchait-elle qu'à s'amuser ? Ne croyait-elle pas en l'amour ? Autant de questions qu'il lui fallait de réponses.

      - Désolé… Mais si tu veux, pour me faire pardonner, on peut discuter un peu ensemble ? Même si je ne te promets rien.

      Alice ravala ses larmes et sourit avec reconnaissance. Son personnage avait tellement peu de personnes avec qui parler ! Elle pouvait bien évidemment accorder une confiance absolue en celle qui l'avait soignée si gentiment...
      Mais il fallait d'abord que Zita lui dise son nom. Elle se méfierait certainement si la jeune fille semblait déjà la connaître.
      Alice entraîna la chirurgienne sur le banc où elles s'étaient déjà assises et demanda timidement :

      - D'abord... Heu... Excusez moi, mais comment vous vous appelez ? Je ne l'ai pas dit moi même, je suis désolée... Je suis Alice et je n'ai pas de nom de famille... Et je suis née ici, enfin, il faut croire, je n'en sais rien, j'ai été abandonnée, mais qui pourrait envoyer un bébé dans cette prison, n'est-ce pas ?

      Elle se mordit la lèvre.

      - J'ai été recueillie pas une vieille femme très gentille. Elle m'a élevée quelques années, dans une maison isolée loin de Close, où elle faisait des poteries, mais... Des Rafleurs sont arrivés. Alors je me suis enfuie, je ne sais pas si elle a survécue. En cas d'urgence, je devais aller chez sa soeur, ici en ville.. Et me voilà maintenant là...

      Bien sûr, cette histoire était inventée de toute pièce. Cependant, c'était un destin si banal à Gefängnis, si courant qu'il ne suscitait aucune surprise.

      - Au final... Je suis heureuse d'être ici parce que... (elle rougit) j'ai rencontré Maël... Quand je le vois, je suis si contente, je sens mon coeur battre, j'ai l'impression que je peux tout faire, même l'impossible et...

      Elle hésita quelques instants...

      - Vous êtes si belle et jeune... Ca doit être si facile pour vous... Je suis désolée si j'ai mal interprété votre réputation, mais en tous cas, moi, je vous trouve très gentille ! Il y a forcément quelqu'un amoureux de vous ! fit-elle maladroitement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rêveur
avatar

MESSAGES : : 40
NAISSANCE : : 12/01/1996
ÂGE : : 22

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Lun 14 Mai - 17:35

Elle allait pleurer ? Non, elle n’avait absolument pas voulut la faire pleurer. Elle avait juste dit la vérité. Elle fut tenter de la réconforter mais la jeune fille ravala bravement ses larmes et lui décocha un sourire. Elle avait pris sa main tendue et l’avait entrainé une nouvelle fois sur leur banc. Une main. Douce et pale. Non pas fatigué de faire encore et encore des poteries jour et nuit. Une main. C’était juste une main. Et pourtant, tellement plus.

- D'abord... Heu... Excusez moi, mais comment vous vous appelez ? Je ne l'ai pas dit moi même, je suis désolée... Je suis Alice et je n'ai pas de nom de famille... Et je suis née ici, enfin, il faut croire, je n'en sais rien, j'ai été abandonnée, mais qui pourrait envoyer un bébé dans cette prison, n'est-ce pas ?

- Mon non est Zita, enchanté Alice. Et oui, envoyer un bébé ici ne serait pas judicieux.


Son ton était légèrement tendu. La blonde semblait réfléchir.

- J'ai été recueillie pas une vieille femme très gentille. Elle m'a élevée quelques années, dans une maison isolée loin de Close, où elle faisait des poteries, mais... Des Rafleurs sont arrivés. Alors je me suis enfuie, je ne sais pas si elle a survécue. En cas d'urgence, je devais aller chez sa soeur, ici en ville.. Et me voilà maintenant là...

- Ça n’a pas due être facile pour toi.


Elle serra le poing, presque inconsciemment. Elle avait dis ça d’une façon un peu trop ironique à son gout. Ses yeux se plissèrent dangereusement et elle fixa avidement la jeune fille lui faisant face. Mais était-ce réellement une simple jeune fille ?

- Au final... Je suis heureuse d'être ici parce que... Elle rougit. J'ai rencontré Maël... Quand je le vois, je suis si contente, je sens mon coeur battre, j'ai l'impression que je peux tout faire, même l'impossible et...

Zita ne détachait pas les yeux d’Alice, mais elle ne pipa pas un mot.

- Vous êtes si belle et jeune... Ca doit être si facile pour vous... Je suis désolée si j'ai mal interprété votre réputation, mais en tous cas, moi, je vous trouve très gentille ! Il y a forcément quelqu'un amoureux de vous !

- Tu me flatte… Elle s’étira, pensive. Amoureux ? Ce mot n’a pas vraiment de sens à mes yeux. Et qui pourrait tomber amoureux dans cette prison ? On a trop tendance à oublier que l’on est ici, emprisonné et non pas en vacances. J’imagine que je me joue un peu trop des hommes et ce n’est surement pas une qualité.

Enfin, vu là où elles étaient, cela pouvait le devenir. Tous les petits avantages étaient bons à prendre. La blonde se tourna doucement vers la jeune fille et sourit, plongeant son regard dans le sien avant de prendre sa main, paume vers le ciel et de la caresser distraitement.

- J’imagine que tu le sais, Alice. Que ce n’est pas rose. Qu’on se doit parfois de tromper les gens, n’est-ce pas ? C’est nécessaire, n’est ce pas ?

Elle n’était pas en colère, loin de là. Elle restait douce, calme et la regardait d’un œil bienveillant. Brusquement, elle releva sa main vers elle, lui désignant la paume du doigt.

- Tu a les mains bien douce pour une potière.

Elle avait involontairement trouvé le petit défaut à sa jolie mascarade. Oh, Alice était douée. Trop douée. Si douée que cela en été effrayant. Zita avait marché. Elle n’avait même pas essayé de réfléchir. Pour elle, une si jeune fille ne pouvait mentir. Oui, comment le pourrait-elle ? Mais cela sonnait faux. Elle l’avait pourtant dis, ce n’est pas rose. Même cette fille, Alice, si c’était bien son vrai nom, pouvait être n’importe qui. Pouvait faire n’importe quoi. Tellement dur.

Mais une question restait. Pourquoi l’avait-elle abordé ? Ce n’était surement pas pour la blessure, non. Cela serait trop facile. Une information ? Mais laquelle ? Zita n’était pas si bien informé. Il faut dire qu’elle n’en avait strictement rien à faire de toutes ses histoires de Rafleurs et de Reine en colère. Alors quoi ? Voulait-elle la voler ? Cela paraissait trop simple également.

Son regard, dure cette fois, se posa encore sur la jeune fille, la dévisageant de haut en bas. Autant lui demander.


- Que veux-tu, Alice ?

Les dés étaient jetés.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 55
NAISSANCE : : 27/09/1996
ÂGE : : 21
STATUT : : Native.

MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   Jeu 24 Mai - 14:54

    Zita restait pensive. Et l'observait d'un œil nouveau. Alice pesta intérieurement.
    Bien que la jeune femme restait sereine et douce, l'espionne savait que Zita se doutait de quelque chose. Ce genre de truc se sentait.
    Mais la chirurgienne ne semblait ni en colère ni méfiante. Elle continua de parler d'un ton amical :

    - Tu me flattes… Amoureux ? Ce mot n’a pas vraiment de sens à mes yeux. Et qui pourrait tomber amoureux dans cette prison ? On a trop tendance à oublier que l’on est ici, emprisonné et non pas en vacances. J’imagine que je me joue un peu trop des hommes et ce n’est surement pas une qualité.

    Alice ne se sentait pas emprisonnée à Gefängnis. C'était ici qu'elle était née, et même si la Terre l'attirait énormément, c'était dans cet enfer-ci qu'étaient ses racines. C'était son monde à elle. Alors il ne lui paraissait pas incongru de tomber amoureux.
    Quand à se jouer des hommes... Qualité ou défaut, ce n'était pas réellement important. Juste plutôt utile. Et distrayant, apparemment. Une manière comme une autre de vivre, somme toute. Alice n'était pas là pour porter un quelconque jugement.
    Elle était là pour récolter des informations.

    - J’imagine que tu le sais, Alice, dit Zita. Que ce n’est pas rose. Qu’on se doit parfois de tromper les gens, n’est-ce pas ? C’est nécessaire, n’est ce pas ?

    Elle avait pris sa main et la caressait doucement. Voilà donc ce qui l'avait trahie.
    Alice sourit avec insolence. Alors, Zita, qu'allais-tu faire maintenant ? Ta réaction serait plus qu'intéressante.

    - Tu as les mains bien douces pour une potière.

    Le sourire de la jeune fille s'élargit à ces mots. Arrêter de jouer la petite cruche idiote était plutôt soulageant.

    - Que veux-tu, Alice ?

    La jeune fille se leva et esquissa quelques pas légers en tournant le dos à la chirurgienne. Même si ça l'énervait que sa couverture soit tombé, les choses seraient peut-être plus simples ainsi.
    Sa voix ne se fit plus du tout gentille et hésitante, mais un brin moqueuse, malicieuse et surtout assurée. Elle tourna sur elle même tout en grâce et légèreté et se pencha vers Zita :

    - Oups, je crois que je suis démasquée, dit-elle en exagérant chacune de ses intonations.

    Elle passa une main dans ses cheveux et dit :

    - Tu es quelqu’un de superbement intéressant, Zita. Ta première question n’est pas ‘‘Qui es-tu ?’’ mais ‘‘Que veux-tu ?’’. Typique des gens habitués à distribuer les faveurs, si je puis me permettre.

    Alice jouait donc l’Insolente. Exacte contraire de son précédent personnage. Et tellement plus amusant par bien des côtés.

    - Je pense juste que tu pourrais m’être utile. Parce que la Nymphomane est l’un des uniques rôles que je suis incapable de jouer, on se demande bien pourquoi.

    Elle sourit avec malice. Elle ne pouvait pas, avec son frêle corps et son air de gamine, se la jouer aguicheuse et provocante. Il y avait des limites à tout. Enfin, son corps était une bonne excuse, certes, mais en réalité, Alice n’avait que 19 ans et n’était pas prête à tout sacrifier pour accomplir ses missions. Parce qu’elle était amoureuse de Maël, et que lui-même n’aurait jamais accepté qu’elle fasse une chose pareille.
    Mais Zita, elle, avait un mode de vie très différent.

    - Alors, ça te dit ? demanda Alice.


PS : Ma couleur, c'est #996666 ^^

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les petits secrets de Zita ~ [PV Zita Székely]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Evénément Divin #6 {18} : Les Petits Secrets d'Hippolyte
» Journée potager et petits secrets
» Zita-Flore ♚ « ¢υρι∂ση, т'єѕ вιєη мιgηση, мαιѕ тυ ησυѕ ƒαιѕ тσυяηєя єη яση∂, ανє¢ тση αмσυя à ℓα ¢ση, αяяêтє тєѕ ƒℓê¢нєѕ. мσι, à ¢нαqυє ƒσιѕ qυє тυ мє νιѕєѕ, ¢'єѕт мση ¢σєυя qυє тυ вяιѕєѕ. »
» sos petits caniches toys doivent etre euthanasiés !!! HELP !
» Qui dirige le gvt ; Préval ou Alexis ?
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: QUART CENTRAL :: ➢ Close :: » Quartier pauvre-