AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Créature
avatar

MESSAGES : : 56

MessageSujet: Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.   Lun 9 Avr - 21:20


Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.
L’heure tournait. Fatalement. Pourtant peu importait à la sirène, elle avait déjà laissé bien des années derrière elle. Bien trop d’années à vrai dire, tant et si bien, qu’elle en avait oublié sa naissance et ses premières aventures. Cela n’avait aucune importance, aujourd’hui, elle aimait vivre comme elle l’entendait, la vieillesse portée par le temps jamais ne l’avait rattrapée. Oui, jeunesse figée et immortelle, elle est un don qu’Abschaum avait bénit. Certes, elle ne lui offrait pas l’invincibilité, mais que serait la vie sans sa petite dose de danger, fournissant la part suffisante d’adrénaline qui donne à toute existence sa part de folie. Et puis, après tout, elle était la gardienne des eaux, maîtres des étendues liquides. Elle était la seule douée d’un conscience vivant dans ces lieux dangereux et ses petits compagnons étaient là pour lui tenir compagnie et la défendre, elle n’avait après tout, pas grand-chose à craindre.

Tout ce qu’elle souhaitait finalement, c’était la liberté. Pouvoir jouir, d’une vie sans limites et sans devoir obéir à des ordres. Que nul s’imagine que la créature n’aime pas sa fonction, bien au contraire, mais elle voudrait agir à sa guise, sans avoir de compte à rendre, à qui que ce soit et certainement pas aux dirigeants. Dieu seul savait combien elle les détestait et son rêve, bien que complètement fou, était celui de les faire tomber. Elle le savait, elle qui errait à travers terres et mers, un jour arriverait, où son vœu serait exaucé.

Gefängnis, est un monde de mensonge, où la trahison est de mise. Partout, dans chaque clan, hommes et femmes commençaient à comploter. Et aujourd’hui plus que jamais, un temps de conspiration était en train de naître. On s’alliait pour faire tomber des têtes. Oui, elle le savait, bientôt, les choses allaient changer. Elle entendait ce qui était susurré, elle voyait ce qui s’échangeait. Les révélations seraient brutales et douloureuses. Aujourd’hui, les relations qui s’établissent ne sont parfois fondées que sur de simples intérêts. Alors, à qui faire confiance ? En qui, faut-il croire ?

Abschaum, depuis toujours, à sa réponse. Il existait une seule et unique personne pour qui, elle serait prête à vendre son âme. Traurigkeit, son créateur. Elle s’était toujours adressée à lui comme l’enfant qui pose des questions à son père, prête à partir à la découverte du monde. Il était son véritable père. Il était celui qu’elle aime par-dessus tout. Ce qui blesserait le plus probablement Abschaum, serait la perte de cet être s cher à son cœur. Avec lui, elle se sentait plus forte que jamais. Voilà pourquoi, malgré ses désirs de rébellion, une chose lui tenait à cœur et ce, plus que tout le reste. C’était la place de cet homme. Traité comme un moins que rien par ses pairs, c’était aussi pour lui qu’elle voulait réussir à faire tomber la Reine et le Chat.

Cependant, ces derniers temps Traurigkeit avait commencé à adopter une attitude plutôt étrange vis-à-vis d’elle. Ce comportement avait le don d’inquiéter la sirène. Etrangement, elle n’arrivait pas à comprendre si son père lui reprochait quelque chose ou non. Le rendez-vous qu’il lui avait donné, était pour le moins surprenant.
Qu’attendait-il d’elle ? Allait-il la sermonner ? Elle ne pourrait avoir ses réponses qu’en le rejoignant. Le temps pressé, elle allait être en retard. Il lui avait demandé de le rejoindre dans un endroit très reculé et, Abschaum se fatiguait très vite sur ses jambes, elle n’avait pas rencontré d’eau depuis un long moment et, elle était mal à l’aise. Habituellement, la distance avec le liquide n’est pas un problème mais, lorsqu’elle est inquiète, elle se sent rassurée en sa présence.

Elle accéléra le pas, espérant qu’elle arriverait à temps et qu’il ne serait pas repartit. Peu à peu, elle se mit à trottiner pour finir par courir. Elle commença à apercevoir la zone est de Gefängnis, elle serait bientôt arrivée à destination. Elle traversa le désert, qui fut une véritable épreuve de souffrance, pour finir par atteindre l’oasis. Ici, quoi qu’il se passe, ils seraient bien pour discuter. De plus, l’idée de la fontaine la soulagée. Elle s’imaginait déjà se rafraichissant.

Lorsqu’elle arriva, il était déjà là. Sans prendre le temps de s’arrêter, elle fonça vers la fontaine et se frotta le visage avec l’eau puis, avec une mine de soulagement, elle s’assit sur le rebord de la fontaine et laissa sa main tremper dans l’eau.
    « Bonjour Père. Votre demande de rendez-vous m’inquiète, je dois bien l’avouer. »
Malgré leur étroite relation, jamais encore la sirène n’avait osé tutoyer Traurigkeit. Elle savait, qu’elle devait garder une certaine distance, car il restait son supérieur.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître
avatar

MESSAGES : : 19
NAISSANCE : : 01/07/1994
ÂGE : : 23
STATUT : : Roi

MessageSujet: Re: Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.   Mar 10 Avr - 9:17


    Traurigkeit est allongé. Il attend. Il réfléchit. La révolte commence à prendre forme. Déjà, des foules de gens essayent de renverser le pouvoir. Déjà, on se presse dans les rues. Déjà, les rumeurs les plus folles se font entendre. Au fond de lui, il l'a toujours su. Il savait qu'une révolte finirait pas se faire entendre. Il y pense. Plus la menace gronde, plus il y songe. Il se demande comment sera le monde une fois que lui, Gesetz et Grausamkeit seront tombés. Si les gens tenteront de s'échapper. S'ils mettront en place un nouveau régime. Si Gëfangnis deviendra pire qu'il ne l'est déjà. Mais il sait que cela arrivera; les Dirigeants auront beau se battre pour récupérer leur statut, ils subiront probablement un cuisant échec. D'un autre côté, une minime part de son cerveau se dit que c'est tout simplement impossible. Que les Dirigeants, lui y compris, possèdent de trop grands pouvoirs pour être détruits ainsi, sans crier garde. Éreinté de ces questions qui tourbillonnent sans cesse, il trouve plus sage de se lever. Il se balade en ville et aux alentours, partout où ses pieds peuvent le mener, partout où sa réflexion peut le guider. Ces derniers temps, il ne fait que songer à ce qui passera si le régime venait à disparaître. Malgré lui, il ne peut s'empêcher de se dire que ce monde ne serait pas meilleur. Au contraire, qui sait si ce ne serait pas pire. Il ne se dresse pas contre ceux qui veulent renverser le pouvoir et faire tomber les Dirigeants. Non. Il s'en moque. Non plus. Pas vraiment. Une autre partie de son cerveau, une partie savamment dissimulée lui dit qu'il devrait lui aussi faire partie de cette révolution. Il sait que c'est une idée stupide et qu'il met ainsi en danger son propre statut. Mais pour ce qu'il reste de son prestige, il se dit qu'il n'a plus grand chose à perdre.

    - Tu as entendu ? Il paraît que de plus en plus de gens se rallient à notre cause !
    - C'est normal. Notre cause représente le bien !
    - Il semblerait que même des créatures se joindraient à nous.

    Traurigkeit, prudent, est déguisé afin de ne pas se faire reconnaître. Méthode bien pratique lorsqu'il s'agit de faire quelque peu d'espionnage. On ne le reconnaît pas, c'est à peine si on le remarque. On ne craint donc pas de parler ce dont on parle habituellement. Ce qu'il entend, il le sait déjà. Il l'a déjà entendu quelques jours auparavant. Quelqu'un lui a dis. Il ne sait plus exactement qui est cette personne mais il se rappelle avec précision des termes qu'il a employé. Les Créatures aussi veulent renverser le pouvoir. Et, il se souvient par-dessus tout qu'à ce moment, il avait pensé à Abschaum. Sa chère Abschaum, l'une des rares personnes qu'il considère avec beaucoup d'affection. Aussi, en entendant ces mots, fût-il d'abord choqué. Puis,il commença à réfléchir. C'était d'ailleurs depuis ce jour-là qu'il commençait à imaginer un monde sans Dirigeants. Mais ce qu'il pensait tout autant était que, si l'on commençait à en parler, sans prêter grande attention à ce entouraient ces gens, ils finiraient par se faire attraper avant même que la Révolution ne soit en marche. Tous les rebelles se feraient, sans l'ombre d'un doute au vu de la cruauté des deux autres Dirigeants, assassinés sans aucun remord. Et perdre à nouveau des personnes qui lui sont chers, le Roi ne le supporterait pas. Mille et une questions imaginables lui trottaient dans la tête. Si bien que, lorsqu'il parlait à Abschaum, il instaurait entre eux deux une certaine distance qui devait sembler incompréhensible pour la pauvre créature qu'elle était, surtout de la manière si admirable dont elle considérait le Roi qu'elle considérait comme son propre père. Finalement, n'y tenant plus, il lui avait donné rendez-vous pour qu'ils mettent les choses au clair une bonne fois pour toutes. Placer cette distance était insupportable et il ne peut garder son secret plus longtemps. Il veut savoir. Si elle est au courant. Si elle a entendu parler de cette Révolution.

    Il rentre chez lui, se change promptement afin d'opter pour une tenue quelque peu plus appropriée. Au vu du lieu où il se rend, il choisit une tenue légère, d'une belle couleur blanche. Il lui reste quelques heures avant de partir. Il tourne en rond. Comment aborder le sujet ? Comment lui faire avouer ce dont elle n'est peut-être pas au courant ? Si, elle l'est. C'est obligé qu'elle le soit. Elle a beau être une petite charmante et parfois dotée d'une grande innocence, elle sait forcément que la Révolution gronde dans les rues. Il soupire. S'assoit quelques secondes. Il doit partir. Il n'y tient plus réellement. Il trouve ça étrange. Elle lui en aurait parlé, si elle voulait faire partie de la révolte. La détestait-il ? Non, sûrement pas. Et ses attitudes n'avaient jamais changées, elle était restée la même, du début jusqu'à la fin. Il se lève. Il doit y aller. Il part d'un pas lent et serein. Qu'importe ce qu'il adviendra, il doit se confronter à ce qui l'attend. Il passe dans les rues. Il sourit. Il n'entend plus ce qu'il entendait lorsqu'il s'était dissimulé parmi la foule. On ne parle plus que de choses insignifiantes. De quelques rumeurs de tromperie, des contes de bonnes femmes, des rumeurs qui traînent de ci, de là. Il se dirige vers le Quartier Est, toujours mollement. Il est en avance. Et il sait qu'Abschaum, elle, ne sera pas en avance, cet endroit étant assez reculé, surtout pour elle. Il ne sait guère en revanche, pourquoi il a choisi un tel endroit pour discuter. Peut-être car c'est un lieu reculé; personne ne viendra les déranger. Puis, l'Oasis possède une petite fontaine où Abschaum pourra se rafraîchir à sa guise. Une fois arrivé, il attend. Quelques minutes. Il ferme les yeux, sentant la chaleur envahir tout son corps. Il finit par attendre des pas rapides qui se dirigent vers la Fontaine. Comme il s'y attendait.

    Elle frotte gentiment son visage avec de l'eau, essuyant la sueur qui perle sur son visage. Elle semble heureuse d'être là. Il savait que cela lui ferait plaisir. Il a beau être un Dirigeant incompétent, il n'en est pas moins stupide. Il la regarde comme s'il la voyait pour la première fois. Il se demande, jusqu'au plus profond de son cœur, si elle fait partie de la conspiration. Et, il le regrette, mais il ne trouve pas la réponse. Peut-être qu'à force d'être avec Traurigkeit, s'est-elle lassée. Peut-être qu'elle joue un double jeu pour le faire tomber lui aussi. Cela ne le dérange pas tant que cela. Le peuple possède tous les droits. Il possède le droit de se révolter, il possède le droit de changer le monde, il possède le droit de faire ce qu'il désire quant il le désire. Finalement, le peuple est bien plus que puissant que les trois Dirigeants réunis. Il ne sait toujours pas de quel côté il est réellement. En réalité, c'est lui qui joue double jeu. Il côtoie aussi bien les Dirigeants que les citoyens les plus improbables qui soient. Autrement dit, il est un parfait espion. Il sait aisément se dissimuler ainsi que récolter des informations. Il ne peut s'empêcher de sourire. Quelle idée stupide. Il se frotte à son tour le visage, voyant soudainement sa fille s'asseoir près de la fontaine. Elle n'a, visiblement, aucune idée du pourquoi de ce rendez-vous. Il cherche une méthode. Comment lui demander assez clairement pour qu'elle comprenne ? Sans toutefois lui demander explicitement afin qu'elle ne soit pas gênée ? C'est une affaire délicate. Mais il sait qu'elle ne le trahira pas. Qu'il peut avoir une totale confiance en elle et que cela ne se retournera pas contre lui. Du moins l'espère-t-il. Elle n'attend pas qu'il prenne la parole, elle débute la joute.

    « Bonjour Père. Votre demande de rendez-vous m’inquiète, je dois bien l’avouer. »

    Il lui sourit. Pousse un léger soupir. Elle n'a jamais osé le tutoyer. Combien de fois lui a-t-il pourtant demandé cette faveur ? Au moins une centaine, aisément. Mais il ne dit, il y est désormais habitué. Comme il s'en doutait, elle est inquiète. Elle ne se doute visiblement de rien. Il se lève, s'approche d'elle et s'assoit juste à ses côtés. Lui aussi laisse sa main se prélasser dans l'eau tiède. Malgré qu'elle ne soit pas fraîche, cela lui laisse une sensation agréable. Il la regarde avec toute l'amitié dont il est capable et lui fait à nouveau un sourire. Il ne sait absolument pas comment s'y prendre. Mais il sait qu'il ne peut décemment pas la laisser deviner toute seule le pourquoi de ce rendez-vous. Aussi décide-t-il de lui répondre, bien qu'il ne sache pas véritablement vers quel sentier abrupt il se dirige. Il ne prend pas le temps de choisir ses mots que, déjà, ils parcourent la barrière de ses lèvres.

    - Je me doute que ce rendez-vous doit t'étonner. Mais je dois parler de certaines choses avec toi. Ou plutôt d'une en particulier.

    Le pire est à venir pourtant, il ne s'éclipse pas. Il doit savoir. Il doit être au courant. Peu importe ce qui adviendra plus tard. Il plonge son regard dans celui d'Abschaum afin d'être qu'elle ne lui répondra que l'exacte vérité et, qu'elle non plus, ne s'enfuira pas.

    - As-tu entendu parler de la Révolution qui gronde ?

    Il ne précise pas laquelle. Si elle est au courant, elle comprendra immédiatement. L'heure n'est plus aux suppositions. Il est désormais l'heure de savoir et d'avoir des réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Créature
avatar

MESSAGES : : 56

MessageSujet: Re: Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.   Sam 14 Avr - 20:48


Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.
Une seule phrase suffit à faire comprendre à la sirène, que l’heure était aux révélations. Elle avait souhaité de tout son petit cœur que jamais son père n’apprenne ses intentions par une autre voix que la sienne. Cependant, il était trop tard. Luise tenait là, en attente de réponse. Bien qu’il fût son mentor, il n’en était pas moins son dirigeant et comme tous les autres prisonniers de Gefängnis, sa vie ne tenait qu’à un fil. Malgré tout, elle refusa de céder à la panique, après tout, peut-être n’était-il pas au courant qu’elle-même envisageait de passer à l’acte d’autant plus que jamais, elle n’avait songé à le faire disparaitre lui. Non, il était le plus à même de vraiment prendre des décisions, il était l’un des trois dirigeants mais, les deux autres ne voyaient en lui qu’un bon à rien. Elle voulait le venger et lui prouver tant de choses, peut-être alors, se rapprocheraient-ils un peu plus. C’est du moins, ce qu’osait espérer la belle sirène.

Abschaum, elle-même se prenait pour une démente. Il est vrai que ses agissements n’étaient que pure folie. En l’état actuel des choses, elle faisait partie de ceux qui se mettaient le plus en danger. Malgré tout, elle savait être discrète, on l’avait faite dans ce but ainsi, elle pensait donc, que bien du temps ce serait écoulé avant qu’on ne sache qu’elle avait ses propres projets. Étrangement, la peur n’assombrissait pas ses pensées, un peu comme une enfant qui se prend à rêver, l’espoir briller dans ses yeux.

Pourtant, elle s’était visiblement trompée mais, elle serait franchement avec lui. Abschaum tenait trop à cet homme pour lui mentir. Elle n’avait pas pensé à mal en lui cachant les informations qu’elle avait obtenu, pas plus qu’en le laissant ignorer qu’elle était sa volonté. Ainsi donc, elle serait franche avec lui, tout en espérant que cela ne créerait aucun problème. Et puis, elle osa même espérer qu’il se joindrait à elle. Néanmoins le moment n’était pas encore tout à fait venu. Elle répondrait gentiment mais seulement, aux questions qu’il lui poserait et, sa demande ne portait pas sur ses propres envies.
    « Vous m’avez créée, vous le savez donc mieux que quiconque…Je suis les yeux, les oreilles de ce moment et je parle en son nom. »Elle marqua une pause. « Je ne peux ignorer ce qui se passa ici-bas. Colère et tristesse se mêlent. L’espoir et l’intérêt sont plus présents que jamais…Bientôt les choses vont changer. »
Oui, tout serait bientôt bouleversé, faisant le bonheur des uns et les malheurs des autres. Tout n’était aujourd’hui, qu’une simple question de temps. Le plus drôle aux yeux de la sirène, c’était de voir comme tout sembler changer de manière simultanée. Nul ne semblait s’en être douté et pourtant, même au sein de chaque groupes de pairs, la colère grondait. C’était comme si soudainement, un poison s’était infiltré partout dans la prison et avait infecté plusieurs prisonniers. A ses yeux, il était temps car oui, hormis ses propres convictions, elle savait que tout cela serait un divertissement fort agréable à regarder. De plus, elle savait qu’elle n’aurait peut pas besoin de passer à l’action et que certains s’en chargeraient pour elle. Ainsi, elle pourrait se délecter d’un sublime spectacle, se sachant protégée par son royaume aquatique. Oui, vraiment, elle attendait tout cela avec impatience. A cette idée, un sourire s’afficha sur son doux visage.
    « . Je suis chargée de vous dire ce que je sais et bien, laissez-moi vous exposer ma vision des choses. Nul ne va échapper à la rébellion hormis peut-être, quelques marginaux et autres inconnus, qui seront épargnés. Les plus grands changements se feront certainement chez les rafleurs et les rêveurs. Eux qui se détestent habituellement, tout comme les chimères, s’allient peu à peu dans l’espoir de former des forces capables de renverser quiconque se mettrait en travers de leurs chemins et ainsi, chacun gagne ce qu’il avait comme but. Vous devriez vous méfier car, c’est aussi chez les maîtres que les plus importants changements auront bientôt lieu. »
Elle lui donnait cet avertissement et pourtant, elle le protègerait des pauvres malheureux qui tenteraient de mettre fin à ses jours. Elle tenait trop à lui pour le laisser partir sali. De plus, cette perte la briserait certainement plus qu’elle ne voulait se l’avouer, qu’importait la distance qu’il établissait…Il était son père après tout.
Cependant, elle sentait qu’à l’instant présent, il ne lui disait pas tout. Prenant soin de remettre sa mèche flamboyante derrière son oreille, elle perdit son regard au loin avant de le plonger dans le sein.
    « Père…J’ose encore vous dire que quelque chose m’inquiète. Ne vous offensez pas mais…J’ai l’impression que tout n’a pas encore été dit. Avez-vous autre chose à me demander ?»
Il n’y a qu’avec lui, qu’elle était aussi à l’aise. Il n’y a qu’avec lui qu’elle pouvait sentir le poids du silence s’installer et ainsi deviner ce qui n’allait pas. Voilà bien des années qu’ils se connaissaient et pourtant, elle était toujours une enfant…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il est un temps de conspiration, car à travers elle enfin, nous serons réunis.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Certaines choses valent plus que le temps que l'on passe pour elle [PV Loreline]
» HAITI EST VICTIME D UNE CONSPIRATION
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: QUART EST :: ➢ Oasis :: » Fontaine des promesses-