FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 Je construirais un empire pour un de tes sourires. (DYLAN)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perdu
avatar

MESSAGES : : 23
NAISSANCE : : 26/06/1985
ÂGE : : 32
STATUT : : Prestidigitateur & voleur

MessageSujet: Je construirais un empire pour un de tes sourires. (DYLAN)   Sam 14 Avr - 18:09

« JE CONSTRUIRAIS UN EMPIRE
POUR UN DE TES SOURIRES.»
<a href="http://www.youtube-nocookie.com/v/g2Npyxm8XAs?hl=en"><img src="http://www.gtaero.net/ytmusic/play.png" alt="Play" style="border:0px;" /></a>

Les yeux fermés et le dos droit comme un i, il attend. C'est important de laisser des moments en suspens : cela fait monter l'intérêt du public et rend l'effet du numéro d'autant plus grandiose. Alors il inspire doucement, profondément, afin de se défaire de la légère nervosité qui lui contracte les muscles et lui serre les tripes. Il n'a pas de raison de s'inquiéter : il connaît les gestes par cœur et il possède un bon public. Il faut qu'il se détende.
Derrière le voile de ses paupières, il sent les regards peser lourdement sur lui. Parmi les bruits habituels du marché de la Mauvaise Fortune, il entend les souffles imperceptibles de ses spectateurs, irréguliers pour certains dont l'attente fait monter en eux l'anxiété. Et maintenant, que va-t-il se passer ? Seul Aleksandar le sait. Alors il sourit. D'un sourire imperceptible, visible uniquement grâce à la petite fossette qui se creuse au coin droit de ses lèvres. Et il ouvre les yeux.
D'un geste vif, unique, il écarte grand les bras comme un oiseau prenant son envol et les referme devant lui, faisant claquer ses mains l'une contre l'autre en un bruit qui fit sursauter l'assistance. La rose qu'il tenait dans les mains a disparue. Il écarte un peu les bras afin de laisser le public constater la disparition de la fleur passionnée, et après quelques instants où une expression dubitative s'était peinte sur le visage de chacun, des sourires émerveillés s'étirent et les applaudissements s'élèvent tout autour du magicien. Il adresse un sourire éclatant à son public, faisant quelques pas dans le cercle en saluant brièvement de la tête quelques enfants ravis.
« Merci beaucoup, mesdames et messieurs ! Merci. »
Il arrête sa petite ronde, un sourire mi-figue mi-raisin pendu aux lèvres.
« Mais les bonnes choses ont une fin et celle de ce spectacle approche à grands pas. Mais avant je vous ai gardé une dernière surprise, qui j'espère vous fera sourire. »
Ses yeux parcours l'assistance. Maintenant il doit faire un choix : quelqu'un le rejoindra avec qui il jouera.
« Pour ce clou du spectacle, quelqu'un va venir me rejoindre. »
L'habitude lui permet de connaître le profil de la personne qu'il doit choisir : ce doit être quelqu'un qui a suivi son spectacle avec assez d'attention mais aussi avec calme, quelqu'un de non méfiant et capable de jouer le jeu. Son regard passe de visage en visage sans s'attarder plus d'une seconde et il peut voir l'envie sur certains d'eux. Et à ce moment là, il le voit.
Debout derrière des enfants, avec ses mèches argentées et ses prunelles azurées. Dylan. De stupeur, Alek arrête sa ronde visuelle pour fixer son regard sur lui. Dans sa poitrine, son cœur fait une embardée et il sent ses genoux se mettre à trembler. Il est là il est là il est là il est là, ne cesse-t-il de se répéter, comme la première fois. Prenant conscience que cela fait plus de quelques secondes qu'il fixe ainsi Dylan, il se reprend. Le public croit que j'ai choisi.
Alors il affiche un grand sourire à une petite fille assise juste devant le rafleur qui a su si bien capter son attention et tend la main vers elle.
« Toi ! Viens approche, ne sois pas timide. »
Lorsque l'enfant réalise qu'il parle d'elle, un rire espiègle s'échappe de ses lèvres et elle saisit la main gantée qu'Aleksandar lui tendait. La sienne, elle ne cesse de trembler depuis qu'il a les iris bleutées et il espère que l'enfant ne s'en rendra pas compte.
« Comment t'appelles-tu ?
-Vanina, monsieur. »
Monsieur. Ça lui donne envie de rire, à Aleksandar. Lui, un monsieur, vraiment ?
« Bien. Et dis-moi Vanina, quel est l'objet le plus cher à tes yeux que tu portes actuellement sur toi ?
-Mmh... je crois que c'est le collier de maman. »
Alek ne peut s'empêcher de sourire. Tellement prévisible. Elle n'avait pas arrêté de le toucher tout le long du spectacle et l'usure sur la petite chaîne du pendentif témoignait de l'habitude de ce geste. Encore une fois, il avait tapé dans le mil.
« Je peux le voir ?
-Oui, bien sûr ! »
Elle porte ses mains à son cou pour le montrer au magicien et au public mais ses petits doigts ne touchent que sa peau fine. Quand elle réalise qu'elle ne porte plus son collier, des larmes montent aux yeux de la petite fille. Alek n'attend pas une seconde de plus :
« Tu l'as perdu ?
-Oui... je... je... Si maman savait ça... je...
-Chtt chtt, ne pleure pas, je vais le retrouver. Viens. »
Il lui prend la main et fait mine de réfléchir avant de s'élancer vers l'endroit du public où l'enfant se trouvait. Juste devant Dylan.
« Je crois qu'il se trouve par là, tu l'entends ? Il nous appelle pour qu'on le retrouve. »
L'enfant le fixe d'un air intrigué, tout comme le reste de la foule. Alors il ouvre légèrement la bouche, comme s'il venait de comprendre quelque chose. Et il ne peut pas s'en empêcher, il le choisit lui. Il glisse ses doigts avec légèreté derrière l'oreille de Dylan et en tire un pendentif en forme de triangle avant de le tendre à sa propriétaire.
« Tiens, il s'était caché là. Prends-en bien soin. »
Il accroche le collier autour du cou de Vanina et elle le remercie avec un sourire intimidé. Avant qu'elle ne s'en aille, il la rattrape et s'exclame :
« Attend ! »
Il prend doucement sa main entre les siennes et sort une rose de la manche de l'enfant. Vanina pousse un cri où se mélangent surprise et émerveillement, et c'est en riant qu'Alek se redresse.
« Tenez monsieur, et merci d'avoir pris soin de son collier. »
Et il tend la rose à Dylan. Bien sûr, c'est de l'improvisation totale et Alek s'en voudra d'avoir osé cela plus tard, une fois qu'il sera chez lui en train de ranger ses affaires, mais il n'a pas pu s'en empêcher. La rose qu'il avait caché dans sa manche un peu plus tôt et qu'il avait fait semblant de tirer de celle de Vanina sous le regard désabusé des spectateurs lui chatouillait la peau depuis qu'il avait aperçu Dylan.
« Et maintenant mesdames et messieurs, le spectacle prend fin. Vous pouvez disposer. »
Conclusion brutale, certes, mais il a hâte que l'attroupement s'éparpille afin qu'il puisse parler à son ami. En attendant, il va ranger les affaires qu'il a étalé sur le pavé de la place et c'est lorsque le dynamisme de l'endroit est revenu à la normale qu'il ose enfin élever la voix.
« Bonjour Dylan, ça me fait plaisir de te voir. »
Il lui sourit et essaie de ne pas trop montrer sa joie pour ne pas avoir l'air d'un imbécile.
« Comment as-tu trouvé le spectacle ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Je construirais un empire pour un de tes sourires. (DYLAN)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Maisons de Brée (à l'origine, de l'empire, pour Warhammer!)
» Cours de pâtisserie pour noël ► Nora, Dylan & Azélia
» Mod pour ETW
» Pour les nostalgiques d'Empire : le darthmod
» Starwars - Assaut sur l'empire
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: QUART CENTRAL :: ➢ Close :: » Quartier pauvre :: » Marché de la Mauvaise Fortune-