AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 Choose your husband slutty Ending
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 8

MessageSujet: Choose your husband slutty Ending   Mar 24 Avr - 14:50

Talia Arnest Petunia
feat {Je ne sais pas}

SURNOM : Check Face
AGE : 28 ans
SEXE : Féminin
NÉ(E) LE : 16 Mars
NATIONALITÉ : Russe
GROUPE : Perdu
ADHÉSION : Rafleur
STATUT : Simple Prisonnier


Physique
.

TAILLE : 1 mètre 74
POIDS : 51 Kg
CORPULENCE : Rachitique
PEAU : Diaphane ~ Tâches de rousseurs sur les joues
CHEVEUX : Long ~ Brun
YEUX : Bleus ~ Ovale
AUTRE(S) : Petunia déteste les bijoux, elle ne supporte pas le contact de ces choses sur sa peau.

Personnalité
.

ORIENTATION SEXUELLE : Hétérosexuel
QUALITÉS : Peut s'avérer aimable et charmante avec certaines personnes - Respecte ses ainés mais uniquement ceux là - Aime le contact d'autrui - Persévérante.
DÉFAUTS : Réclame son dû - Antipathique - Ne dira jamais réellement ce qu'elle pense - Ne supporte pas la compassion et la fidélité.
GOUTS : Elle adore les sucreries, ses choses si futiles qui redonne le sourire avec une simple bouchée - les jeux qu'ils soient virtuels ou bien réels - et aime espionner les gens.
RÊVE(S) : Elle préfère rester là à ne rien faire que d’essayer d'atteindre un rêve.
PEUR(S) : De ne jamais pouvoir ce débarrasser de cet envie de déprimer.
SECRET(S) : Petunia est quelqu'un qui soufre d'un problème mental assez important. Elle ne se nourrit que très peu et pourtant celle-ci est consciente de son état critique, mais elle n'essaye pas de s'en sortir et laisse les autres individus penser qu'elle ne se rend pas compte de son problème.

Passé
.

" Va te faire ! Va te faire ! Va te faire ! Va te faire ! "

Tick Tack ! Boom ?!

Une pluie légèrement parfumée, cette odeur me montant au nez, me faisant frivole. Je me plaçai contre le sol, m'appuyant contre un mur en béton pour ne pas me laisser tomber à le renverse. Je ne pouvais m'empêcher de trembler. Ce liquide émanant de "son" corps, ce liquide m’enivrant. Je voulais me pencher vers lui et lui suffoquer des paroles. Des paroles sans aucuns sens pour moi. Cet âme devant moi humant la terre, me suppliant de lui porter le coup, quel coup ?

Mon nom ? Petunia, est-ce beau ? Je ne sais pas et je ne pense pas. Mon âge ? Je crois bien que désormais j'en ai 28. 28 quoi ? Années ? Je ne sais plus.
Je suis née dans une ville, une si petite ville dont même moi je ne me souviens plus exactement de son appellation. J'ai déménagée à l'âge de mes 6 ans pour aller vivre à Moscou. Moscou, je déteste ce mot. Ce mot infâme, renfermant tout mes péchés et mes souvenirs, passant par les plus anodins, à mes pires révélations. Je ne supporte pas de devoir en parler et pourtant j'en ai tellement besoin.

Enfance, ce mot tout le monde en connaît la signification. Que celle-ci soit banal ou bien fortuite, en passant par désastreuse, tout être a déjà vécu cette expérience dans la logique du cycle. Hélas les souvenirs y siégeant ne sont pas forcément distincts dans certains esprits. Mon enfance, parlons égoïstement de la mienne, n'a pas était désastreuse, fortuite serait un bien grand mot, banal conviendrait parfaitement à cette enfance que j'ai vécue. Une mère provenant d'un pays étranger, tenant une boutique de grande renommée, un père russe siégeant dans une entreprise de papeterie. Je me suis toujours demandée, comment mon père avait fait pour séduire une si grande femme comme ma mère. Une femme au charisme impressionnant, une présence à couper le souffle et mon père, un homme banal qui à mes yeux n'a rien d'extraordinaire.
Des parents ayant une fortune à leurs dépens, une demeure convenable et une petite fille "adorable". Cette petite fille c'est moi, adorable je ne sais pas, mais muette et transparente durant cette période oui j'y étais.


Ce jour là, il faisait froid et j'avoue ne pas avoir acceptée l’invitation de mes parents me conviant à sortir de ma demeure. Ils se plaignaient de ne pas assez me voir depuis que j'avais fais l'acquisition de cet appartement. Ils se disaient inquiets pour ma santé, et pour ma personne. Eux qui n'ont jamais daignés portés un quelconque intérêt à mon état mental durant mon enfance et toutes les autres périodes que j'ai passée en leurs compagnie. Quel égoïsme ! Je ne les supporte plus et d'ailleurs, les ai je un jour, une fois véritablement acceptée dans cette chose qu'est mon existence. Je sais pas et je ne pense pas. Alors pourquoi frapper à ma porte un fois partie ? Je m’exilais dans ma chambre, me recroquevillant dans mon lit, apaisée par cette chaleur émanant de ma couverture. Je ne supportais de vois mon reflet dans un miroir et pourtant j'en avais disposée un juste en face de mon lit, pour que je puisse admirer mon reflet dès mon réveille. Observer mon corps si frêle, ma peau se faisant transpercer par mes os et mes formes féminines disparaissant peu à peu, pour ne laisser place qu'à un vide.

Après avoir passé plus de quatre heures dans ma chambre à m'éditer seule comme un simple cafard, je décidais de sortir, de prendre place hors de cette pièce me faisant suffoquer. Je traînais des pieds, tel un larve ne voulant s'échapper de son doux et tendre cocon. Mais il fallait bien que je réagisse et me prépare quelques chose à boire. Je versais un liquide de couleur brune dans une tasse usagée. Je buvais passivement regardant ma télévision éteinte, cet écran noir me narguant, voulant que je l'anime. Je m'avachis sur mon comptoir, laissant traîner ma chevelure dans les restes de mon repas préparé la veille. Je me sentais horriblement mal, un mal de tête m'envahis, ma respiration devint saccadée, j'appuyais sur le peu de poitrine qui me restais, méprisant la douleur. Je me précipitais, les jambes tremblante hors de ma cuisine, puis je me dirigeais vers la porte d'entrée. J'agrippais mes clefs essayant d'entrer l'une d'elle dans la serrure afin de pouvoir me libérer de cet appartement. Je peinais à pouvoir l'ouvrir et une fois chose faite je m'avachis sur le paillasson de ma porte d'entrée, rampant jusqu'à pouvoir entrevoir les escaliers de services. A la place je vis une paire de chaussures. Mes yeux emplies par ce liquide brouillant ma vue, me gênais pour distinguer si celle-ci était celle d'un homme ou bien d'une femme. J'entendis une voix, puis une sensation étrange parcourue ma peau, une main venait de se poser sur mon corps. Je basculais vers la droite, me dégageant de celle-ci, mais le spectre se rapprocha de moi. Il m'agrippa, mes serrant fort entre ses deux bras, pour ne pas que je m'échappe. Je n'en pouvais plus, mes sens se désintégrer de plus en plus, je sentais la fatigue monter jusqu'à perdre connaissance.

Quand j'ouvris les yeux, j'étais dans mon canapé. Je n'entendais rien, pas un bruit, je devais donc être seule. Je me levai précipitamment pour regarder si ma porte était bien fermée. Une fois rassurée je retournais dans ma chambre décidant de ne plus bouger de mon lit, demeurant inerte pendant un instant. Puis un son, un son si désagréable que j'en perdis patience. Le bruit se dirigeait vers ma porte. Je l'ouvris brusquement pour voir ce qu'il se passait et là je vis deux hommes en uniforme me demandant mon identité, une fois chose faite de me taire et de les suivre. Je ne compris pas, je ne pouvais comprendre. Puis je regardai attentivement mes vêtements, ceux-ci étant recouvert de tâches rouges, mon haut déchiré dévoilant ma poitrine si chétive et la partie inférieur de mon être n'était plus recouvert. Je m'écroulais au sol, cachant ma personne, refermant d'un air dépité la porte et me dirigea vers la cuisine, guidée par les gouttes de sang. J'ouvris le lave vaisselles, comme si j'y avais oubliée quelques chose, une chose si importante. Je me mis à hurler pour la simple et bonne raison qu'un spectre découpé se trouvait à l'intérieur.






Kitch


AGE : 17 ans
AVIS SUR JAIL WORLD : Magnifique ! Surtout le chat !
COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? Partenariat
AUTRE(S) ? Non
ACTIVITÉ : 6/7 jours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 8

MessageSujet: Re: Choose your husband slutty Ending   Mer 25 Avr - 21:09

Juste pour préciser que ma fiche est terminée !
Double post désolée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître
avatar

MESSAGES : : 134
STATUT : : Reine.

MessageSujet: Re: Choose your husband slutty Ending   Sam 28 Avr - 21:48

BIENVENUE À GEFÄNGNIS, PÉTUNIA.
Je suis désolée de ne pas t'avoir validée l'autre jour, je croyais que l'histoire n'était pas terminée (tant de mystère et de flou). En tout cas tout me semble ok, j'espère en savoir un peu plus sur ce qui est arrivé à Pétunia par la suite.

TU ES MAINTENANT VALIDÉE ! BONNE CHANCE À TOI ET N'OUBLIE JAMAIS : LES TROIS DIRIGEANTS GARDENT UN ŒIL SUR TOI...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Choose your husband slutty Ending   

Revenir en haut Aller en bas
 
Choose your husband slutty Ending
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Why choose for the lesser evil?
» Opening et Ending de Code Geass.
» This is your life and it's ending one minute at a time. ▽ Jude
» Myrlande à la présidentielle de 2011
» Jamais deux sans trois... Choose your colors
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: RÈGLES & ADMINISTRATION :: ➢ Dossiers des prisonniers :: » Condamnés-