FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 Promenons nous dans les bois, la la la.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Perdu
avatar

MESSAGES : : 10
NAISSANCE : : 12/09/1993
ÂGE : : 24

MessageSujet: Promenons nous dans les bois, la la la.   Jeu 24 Mai - 12:07


Au pied d'une étrange stèle que surplombait une statue à l'air héroïque, Vladimir se trouvait assis et semblait attendre quelque chose. Il tenait dans ses mains une paire de gants plus lourds qu'ils n'en avaient l'air, et entre ses pieds était posé un panier cousu de fil de fer et de cuir doublé. Enfin, posée à ses côtés, il y avait une blouse uniforme et sale, toute aussi lourde et épaisse que les gants, sur laquelle était posée une paire de ciseaux. On avait confié de nombreuses tâches à Vladimir en échange de quelques nourritures et récompenses. Livraisons, veillées, cuisines, messageries, gardes, surveillances... Souvent, on lui prêtait du matériel pour l'aider, jumelles, couteaux, ustensiles, cabas et récipients en tous genres... Et malgré tout ce qu'il avait pu accomplir depuis son arrivée ici, jamais il n'eut à quitter Close jusqu'à aujourd'hui. Aujourd'hui était particulier. Pour la première fois en effet, Vladimir avait quitté cette ville de fumée. Et pour la première fois, l'idée lui vint que ce monde était peut-être très grand. Ce qui ressemblait à une forêt autour de lui l'intriguait. Le sol tout d'abord semblait être vivant, car il lui semblait parfois le voir bouger. De temps en temps, il croyait même voir des animaux s'extirper littéralement d'entres les racines et des écorces, puis disparaître comme le font toutes les bêtes sauvages. Aux sommets des arbres, des milliers de feuilles couleur d'automne restaient immobiles. Elles étaient si brillantes et refletantes qu'une simple bougie eu sûrement suffit à éclairer toute la foret. Pour tout dire, ce plafond de feuilles de fer était si dense et si brillant qu'il était tout à fait impossible de voir le ciel. N'importe qui s'extasierait face à se spectacle et se délecterait des artifices visiblement naturels de cette étrange forêt. Mais même si Vladimir s'habituait progressivement aux rouages de ce monde, cette absence de soleil le désolait d'autant plus qu'aucune autre lumière ne saurait le remplacer à ses yeux. Aucune boule de plasma dans les environs pour faire que Vladimir se sente comme un grain de poussière dans une nébuleuse. Il était désormais moins qu'un grain de poussière dans quelque chose de plus grand et plus inquiétant qu'une nébuleuse.

Il surveillait les mouvements et les bruits à travers les cimes des arbres, l'air vaguement inquiet. Quelques heures auparavant, au rebord d'une fenêtre, une vieille personne dont il ne vit même pas le visage l'avait interpellé et lui avait confié ces gants, cette blouse et ce panier pour un travail aux clauses encore trop sombres, et qu'il n'eut même pas l'occasion de refuser ou d'accepter. Il lui avait bien expliqué, pourtant, qu'il ne comprenait pas ce que l'on attendait de lui, mais la vieille personne ne mentionna alors qu'une "chasse aux oiseaux" et une "cueillette de fruits". Aussi ce mystérieux recruteur s'avisa plus tard d'envoyer quelqu'un d'autre afin de l'aider.

«Quitte la ville par le sud, puis, prend le vieux chemin vers l'ouest. Tu trouveras une statue. Là, attend. Quelqu'un avec une cage à oiseaux te rejoindra. Il saura comment faire et t'aidera.»

Attend. Voila un ordre bien simple: cela faisait au moins une heure qu'il attendait! C'était d'ailleurs le temps qu'il fallait à Vladimir pour que sa patience commence à s'effriter. Il se mit à taper du pied, mais cela dérangeait visiblement les oiseaux dans les arbres qui s'envolèrent en grinçant et disparurent à travers ce plafond en or. De ce dernier, Vladimir observa les feuilles tomber. L'une d'elle se dirigeant vers lui, il tendit la main pour voir de plus près une de ces feuilles dont, curieusement, le sol n'était pas encombré. À la grande surprise de Vladimir, les feuilles tombaient particulièrement vite, et celle vers laquelle il avait la main tendue ne manqua pas d'entailler son avant-bras dans toute sa longueur. La blessure était superficielle, mais surtout surprenante. Vladimir voulut ramasser cette feuille coupante, mais elle se désintégra aussitôt sous ses doigts. Cet univers ne manquait décidément pas de surprises.

Il se tourna alors vers ses affaires. Cette blouse et ces gants devaient servir à ne pas se blesser. Et celui qui viendrait avec une cage viendrait sûrement avec ce même genre de protections. Il leva les yeux au ciel et vit des choses qui ressemblaient à des fruits, ainsi que quelques oiseaux. S'approchant d'un arbre pour mieux le considérer, une question plutôt tardive se posa. était-il vraiment supposé grimper aux arbres ? Plus troublant encore, il n'avait aucune idée de la façon dont on peut attraper des oiseaux qui s'enfuient si facilement. Ce n'était pas là ce à quoi Vladimir s'attendait quand on lui avait parlé de cueillette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Promenons nous dans les bois, la la la.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Promenons-nous dans les bois. [Emeric]
» Promenons-nous dans les bois... [Privé]
» Promenons nous dans les bois , pendant que le loup n'y est pas ~PV Yû
» Un, deux, trois promenons-nous dans les bois ♫
» [Défi] Promenons nous dans les bois
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: QUART CENTRAL :: ➢ Forêt de cuivre :: » Autel d'Amsel-