AccueilAccueil  FAQFAQ  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
FERMETURE DU FORUM :www

Partagez | 
 
 Sookie † Je suis Samael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rafleur
avatar

MESSAGES : : 18

MessageSujet: Sookie † Je suis Samael   Ven 27 Avr - 20:13

Sookie Pamela Williams
feat {Neliel Tu Oderschvank de Bleach}

SURNOM : Sook, Pam…
AGE : 24 ans
SEXE : Féminin
NÉ(E) LE : Premier Janvier
NATIONALITÉ : Américaine
GROUPE : Perdu
ADHÉSION : Rafleur
STATUT : Etre l’espionne du chef des rafleurs est son nouveau challenge, une nouvelle partie de son petit jeu.


Physique
.

TAILLE : 170 cm
POIDS : 63 kg
CORPULENCE : Son corps est bien en chair, cependant juste comme il le faut. De plus, les apparences sont trompeuses, car c’est un sportive .
PEAU : Elle possède une peau légèrement hâlée.
CHEVEUX : Sa chevelure est très longue, coloré d’un vert pour le moins étonnant. Elle possède quelque chose qui se rapproche d’une mais qui n’en est pas tout à fait une. Ce sont en réalité des mèches plus courtes.
YEUX : Elle a de très jolis yeux d’un jaune ambré très clair.
AUTRE(S) : Depuis qu’elle est arrivée, elle prit l’habitude de se prendre un trait rouge sur le visage. Elle a également trouvé un crâne, qu’elle porte tous les jours. Elle porte toutes sortes de vêtements mais ils sont toujours noirs, avec une teinte précise de couleur. "Samael" est tatoué au creux de ses reins. Elle est très souple, puisqu’elle à des prédispositions pour la contorsion.

Personnalité
.

ORIENTATION SEXUELLE :Mon cœur ne va que vers la gente masculine.
QUALITÉS : Excentrique, joviale, exubérante, protectrice, douce, amicale, amusante.
DÉFAUTS : Nombriliste, possessive, jalouse, impulsive, colérique, malveillante, insensible, cruelle.
GOUTS :Les sucettes, elle raffole des sucettes. S’amuser. Elle fait tout dans une optique de jeu, mais rien ne dit que l’issue de ce jeu soit heureuse pour tout le monde. Elle aime sauter sur le dos des gens et surtout, des inconnus, parler aux animaux, crier, chanter, grimper et sautiller partout. En parlant de chanter , il lui arrive souvent de mettre en relation un mot ou une expression dite par une personne et, de se mettre à chanter, une chanson avec la fameuse expression... Exemple : « Oh elle est belle cette robe, mais elle serait mieux en rouge et noir ! » « EN ROUGE ET NOIR, J'EXILERAI MA PEUR ! J'IRAIS PLUS HAUT QUE CES MONTAGNES DE DOULEURS ! ».
RÊVE(S) : L’essentiel est à ses yeux, est de pouvoir trouver des compagnons pour jouer. Mais elle veut absolument sortir, pour pouvoir mettre fin à son jeu…Il ne reste plus Remiel après tout…
PEUR(S) : Sa seule phobie c’est celle…des papillons. Heureusement pour elle, elle n’a que peu de chances d’en croiser à Gefängnis.
SECRET(S) : En réalité Pamela est son premier prénom, mais elle préfère utiliser le second. Non mais franchement! C'est vrai quoi! On n’a pas idée de donner un prénom pareil...
AUTRE(S) : Elle n’a aucune limite.

Passé
.


Dossier n°PSW38.
Patient Pamela Williams.
Docteur Andrew Jefferson.

Visite n°15

    Pamela :
« Ah parce qu'en plus de venir ici de force, parce que mes géniteurs ont décidé que j'étais cinglée, il faut que je raconte ma vie ? Comme si le fait de parler de mon enfance et de mon adolescence, en plus de répondre à des questions complètement débiles changerait quoi que ce soit. Enfin...Puisqu'il le faut.

Au départ ? On était deux. Oui, des jumeaux une petite Pamela, brune aux yeux ambrés et sa copie masculine, Remiel. Autant dire que mes parents ont du s'y prendre au dernier moment pour les prénoms...C'est pas ce qu'il y a de plus à la mode et de plus sympathique à porter. On s'y fait. Quoi qu'il soit, d'aussi loin de ce que je me souvienne et d'après ce qu'on nous a toujours dit, mon frangin et moi, on a toujours été très proches. Il faut dire qu'on ne nous a jamais séparés, sous aucun prétexte. Ma mère nous racontait que, s'ils avaient le malheur de prendre l'un de nous deux, l'autre leur faisait subir des heures de souffrances, sous les cris et les plaintes. Je suis née avec l'envie d'empêcher le monde de vivre paisiblement. Plus on a grandi et plus nous nous sommes rapprochés. En réalité, à l'école on ne s'est jamais vraiment fait d'amis. On était toujours fourrés ensemble, en train de terroriser nos petits camarades. Si certains avaient le malheur de s'en prendre à moi, Remiel les frappait et, c'est surement pour cela que l'on s'est, plusieurs fois, fait renvoyer d’établissements scolaires. On a été forcés de faire plus attention, nos parents nous menaçaient de nous envoyer dans des pensionnats différents et, ça nous aurait brisés d'être séparés de cette façon. Alors, on s'est un peu assagis. On a été plus gentils avec les élèves et les professeurs, puis on a commencé à se comporter de manière exemplaire à la maison. Nos bêtises, on les faisait le week-end pendant qu'ils étaient au travail. Tout se passait plutôt bien en fait.

Un jour, je crois qu'on devait avoir une dizaine d'année, peut-être tout juste atteinte, Remiel est venu me rejoindre dans mon lit. Il avait fait un cauchemar et il avait besoin que je le rassure. Alors, je l'ai fait, comme il l'aurait fait réciproquement. On était blottis l'un contre l'autre et, monsieur le maître de maison est rentré. Il venait pour me parler d'une petite chose sans importance et, ce qui devait être une discussion banale et tranquille, devint explosive. En nous voyant ainsi, mon père a piqué une colère monstrueuse, à la limite du cartoon, avec le visage qui vire au rouge pivoine. Personnellement, son comportement me faisait rire. Le lendemain, ma mère m'a parlé et, mon père a fait de même avec Remiel. Ils nous expliquaient, qu'à notre âge ce que nous faisions était mal. Autant dire, qu'il est incompréhensible pour un enfant de savoir qu'aimer son frère ou sa sœur est mal. On s'est aimé et on a continué de se voir en cachette, chaque fois que nous en ressentions le besoin. Adoptant un comportement jugé digne de notre âge en dehors de nos chambres. C'était bien, presque parfait. On a continué à grandir, en évoluant. Je commençais à rêver d'évasion. Mes envies n'étaient plus les mêmes que les siennes. Au collège, je me suis fait des amis. Je suis rentrée dans une bande. Quelques gamins qui jouaient aux caïds rien de bien alarmant, mais j'aspirais à d'autres choses. John me demandait d'oublier ces « conneries », m'expliquant que nous deux c'était suffisant...Il n'arrivait plus à me comprendre et pourtant je l'aimais... »



Confessions recueillies par le Docteur Jefferson, pour être ajoutées au dossier de sa patiente. Ici, ce sont des témoignages de son entourage.

    Mr. Daniel Williams:
« Ma fille ? J’ai toujours eu du mal à la cerner. En grandissant, le problème ne s'est pas arrangé. Elle s'est différenciée de son frère. Elle devenue violente et insolente. Elle voulait nous montrer qu'elle n'était là propriété de personne. Elle s'est teint les cheveux, s'est faite tatouée et elle est rentrée dans des combines pas toujours légales.»

    Jordan Stanford, camarade de classe:
« Cette fille…elle est complètement barge. Elle saute partout, sourit sans arrêt, crie, court…On dirait une gamine. C’est difficile d’entretenir une discussion correcte avec elle, ça finit toujours par déraper. En parlant de dérapage, elle est à la tête d'un groupe de filles et de garçons...Des tarés. Ils fument, boivent, passent leur temps à faire la fête ou à frapper des gens. Ils imposent leurs lois. Certains les ont même vus prendre du LSD et du cannabis. Bref…Pamela ou plutôt Sookie, puisqu'elle refuse qu'on l'appelle autrement, on ne sait jamais ce qu’il faut penser d’elle. On n'arrive pas à comprendre si elle gentille ou méchante... »

    Mme Hannah Williamson :
« L'élément qui a tout déclenché à mes yeux ? Mais c'est évident. C’est la fois où, j'ai retrouvé mes deux enfants dans le même lit. Évidemment, ce n'était pas la première fois, mais là, tout était différent. C'était l'année de leurs quinze ans, on rentrait d'une soirée mon mari et moi. On les avait laissés seuls, parce que la confiance était revenue, on pensait que leur période de rapprochement était finie, mais c'était bien se tromper. Pensant qu'ils dormaient, on est montés en silence, en prenant le soin de ne pas faire de bruit. J'ai ouvert la porte de notre chambre et, ils étaient là, nus et encore haletants, en train de s'embrasser. Autant dire que pour ma femme et pour moi-même, se fut un choc. On a décidé de les faire suivre et de les envoyés dans un pensionnat. Ils ne rentraient que les week-ends. Au début, l'ambiance était froide et tendue dans la maison, puis John est redevenu aimable, seule Pamela restait distante. Un jour, on l'a entendue crier et quand on est monté, elle était en train de frapper son frère. Il lui avait visiblement dit qu'il tenait encore à elle et, elle l'a insulté en le traitant d'idiot. Elle ne cessait de répéter qu’il devait grandir et arrêter d’être soumis, à elle tout particulièrement. On avait déjà quelques retours de son établissements, elle séchait, faisait le mur, fumait...Bref plus rien n'aller. Cela ne s'est pas arrangé. Un jour elle est rentrée avec les cheveux colorés, puis en suivant avec des vêtements à la limite de la provocation, et enfin, se fut les tatouages et les piercings. L'enfant que nous aimions c'était faite dévorée par un monstre complètement inconnu. Ce qui m'étonne c'est qu'elle n'est pas encore tué quelqu'un à ce jour.»



Visite n° 24

    Pamela :
« Mon frère a fini comme une petite bête. Il ne cessait de me faire la morale, en essayant de me convaincre que ce que je faisais était mal. C'était peine perdue et ça le serait toujours aujourd'hui. Non, mais franchement, il pensait sérieusement que je serais dépendante de lui encore longtemps ? Il faut quand même avouer que c'est drôle non ? J'ai juste dû le reprendre en main et lui faire comprendre les choses ! Rien de bien méchant.»

Visite n°42

    Pamela :
« Mes meilleures années ? Ben les dernières, celles que j'ai passées en pensionnat. Je suis jamais vraiment allée en cours, enfin de temps en temps, mais je préférais profiter. Je suis vite rentrée dans un groupe de personnes, une sorte de gang et on a passé notre temps à nous amuser. Au départ, j'étais un membre comme les autres, mais j'ai fini par taper dans l'oeil de celui que se faisait passé pour le chef. On est restés ensemble un petit moment, c'était sympa, mais je le trouvais un peu idiot et pas assez vieux pour moi, en fait. Un nouveau professeur est arrivé dans l'établissement. Benjamin Johnson, mignon, 29 ans. Bref, j'ai plaqué l'autre idiot et j'ai jeté mon dévolu sur ce merveilleux spécimen. Le résultat ne s'est pas fait attendre, puisque je sais obtenir ce que je souhaite lorsque je le décide et puis, je lui plaisais. On n’était pas amoureux, non, mais on était bien ensemble et je tenais réellement à cet homme qui était extrêmement charmant. En fait, avec lui je suis un peu redescendue sur terre. Mais ça n’aura pas duré longtemps, je l’ai quitté en fin d’année, où j’ai également arrêté mes études. »


Les ennuis ne tardèrent pas à retoucher cette famille et ce fut de nouveau Pamela qui en était à l’origine. Nous sommes aujourd’hui à la veille d’un procès, après 5 ans de recherches pour retrouver Pamela qui ne laissait aucune trace derrière elle.

    Père, Mr. Daniel Williams:
« Vous imaginez l’horreur que cela a été pour moi? Ce n’est pas quelque chose que l’on peut envisager, non. Et pourtant, un jour, je rentrais du travail après une dure journée, lorsque je les ai trouvées là, dans la cuisine. Pamela avait ses mains serrées autour du cou de sa mère qui était visiblement déjà morte. Je voyais ses yeux révulsés, son corps lacéré à certains endroits, on aurait pu croire qu’un animal sauvage l’avait attaquée. Cette vision me hante toujours aujourd’hui…Impuissant, je n’ai pu me retenir et je me suis précité ensuite vers le téléphone pour appeler la police.

Je n’ai appris que bien plus tard ce qui c’était réellement passé entre ma femme et ma fille, qui s’est enfuie au moment même où j’ai appelé les secours. Les blessures sur le corps d’Annnah, lui avait été infligées par Pamela, qui c’était tout simplement acharnées sur sa mère. On aurait dû comprendre bien plus tôt qu’elle ne changerait jamais…Grave erreur. »


    Pamela :
« Pourquoi ? Juste pour m’amuser tout simplement. La cavale, les meurtres me fournissaient ma dose d’adrénaline, c’était comme une drogue pour moi. Oui moi, qui m’étais toujours ennuyée au possible, j’avais enfin trouvé une distraction. Ma seule véritable erreur, fut le meurtre de ma mère. J’avoue que j’ai agi sous le coup de l’impulsion. Elle m’aura au moins permis de voir que j’étais faite pour le sang. Et puis, elle l’avait mérité cette pétasse, elle voulait me priver de ma liberté, elle qui passait son temps à aller baiser avec le voisin et qui picolait sans arrêt. Elle aurait mieux fait de se pendre cette pochtronne, elle aurait causé bien moins de peine à mon père. Je sais bien que moi-même, je lui ai fait peur. Je sais qu’avec la mort de sa femme il a été effondré pendant longtemps, mais au fond, il est soulagé.

Vous connaissez les femmes battues ? Et bien l’inverse est aussi vrai et bien que rare, j’ai vécu dans un univers comparable. Alors oui, cet idiot a aimé tendrement cette femme, il s’est démené pour subvenir aux besoins de la famille, pendant qu’elle se faisait sauter et qu’elle dépenser tout l’argent que lui avait gagné. Pour toute récompense, elle lui donnait des coups. Ca me donnait envie de gerber. Et le pire vous savez, c’est que le jour où je l’ai tuée, cette salope venait de m’annoncer qu’elle était enceinte…Et certainement pas d mon père. Elle qui n’a cessé de me dire, durant toute mon enfance, qu’il fallait prier, croire en Dieu et ne pas péché…Je vois que jusqu’à la fin, elle s’est bien foutue de notre gueule la gentille chrétienne. »




Victime: Jonathan Bloom

    Mère de la victime :
« Sookie c’est la personne que tout le monde regrette d’avoir rencontré. Avec son joli minois, on lui fait confiance, elle est si gentille, si serviable. On s’habitue vite et tout aussi rapidement, on lui fait confiance et c’est là que tout bascule. Il était si heureux avec elle. Ils n’étaient que des amis et pourtant, je n’avais jamais vu Jonathan sourire de cette manière. Le bien-être de Jonathan était permanant… »

    Lieutenant de la police :
« Jonathan était tatoué sur les avant-bras du jeune Jonathan. D’une écriture soignée, très précise, comme en calligraphie. Il a été retrouvé mort écrasé par un rocher, ses jambes étaient complètement broyées. »



Victime: Edward Sullivan

    Pamela :
« Lui, je l’ai bien aimé, c’était probablement le plus amusant. Il m’a fallu beaucoup de temps pour pouvoir l’approcher et puis finalement, comme les autres, il a fini par céder. Je l’aurais presque apprécié, mais comme les autres il méritait d’être puni. Il a péri de la même façon. Un jour on est parti se promener et quand il ne s’y attendait pas je l’ai assommé. A son réveil, je l’avais attaché sur un bûcher. Je l’ai laissé me supplier un moment, puis j’ai mis le feu. C’était un spectacle fort distrayant. »



Victime: William Davidson

    Pamela :
« Certainement le plus ridicule. Le jeu a été tellement court avec lui. C’était trop simple. Il est celui qui m’a le plus déçue. C’était trop rapidement, vraiment. Je m’attendais à mieux. Après tout, j’aurais dû m’en douter. Je l’ai séduit si facilement. Je l’ai tué avec le même procédé qu’Uriel. Sauf que lui était la beauté alors tout comme Narcisse, il devait mourir noyé. Je l’ai attaché à des poids et attendu qu’il se réveille. Plouf ! »



Victime: Nathan Firelight

    Femme de la victime :
« C’est étrange de voir, comme elle est rentrée si facilement dans notre vie. Personne n’aurait pu savoir ce qu’elle avait en tête et pourtant…On m’a dit qu’elle avait empoissonné Nathan et qu’il avait agonisait pendant un long moment. Mais….Comment peut-on agir ainsi ? Ses actes sont odieux et dire que tout cela n’est qu’un simple jeu pour elle… »




A la suite du procès.

    Commissaire :
« Le plus étonnant, c’est que toutes les victimes étaient des criminels. Gabriel qui est la force, battait des femmes. Uriel, avait mis le feu à des hais qui ont conduit à l’incendie d’une maison dans laquelle il y avait un bébé. C’était le feu. Jophiel qui représente la beauté, s’amusait à charmer des jeunes femmes dans les bars et il les violait ensuite. Raphael, la guérison, ce médecin était un bourgeois qui ne faisait plus correctement son travail, un soir alors qu’il roulait trop vite, il a renversé une mère de famille qui est aujourd’hui handicapé. Ils ont tous soufferts et d’après ce qu’elle a avoué, elle les regardait agoniser. »

    Juge :
« Le procès n’a pas été long, puisque effectivement Mademoiselle Williams n’a jamais nié les faits. Lorsqu’on lui a demandé si elle regrettait, elle s’est contentée de sourire. Ma décision pour l’envoyé à la prison de Gefängnis fut prise à ce moment-là. »




~ Journal ~

Ici, un nouveau jeu commence. J’ai été séduite par les idées de ce Hurle-au-vent. Je le sens, il pourra nous faire gagner la liberté et ce, même si nous restons au sein de la prison. Cela serait une première victoire. Oui, je le suivrais. De plus, il m’a même nommée espionne, ce qui est un honneur. Je vais pouvoir jouer, c’est si excitant… J’ai été surprise par ma capacité d’adaptation en ces lieux, tout est allé tellement vite. J’étais un peu inquiète et puis finalement, il n’y avait pas de raison, je m’amuse bien ici. J’y fais des rencontres sympathiques. Je m’y plais, même si le monde normal me manque énormément.

Finalement, je n’aurais pas eu Remiel. Il était pourtant mon trophée. Mais je le sens. Je le sais, où que j’aille, nous finirons par être réunis et alors…Cette histoire est tellement drôle. Dire qu'ils n'ont pas compris que j'étais Samael




Trinity


AGE : Je suis de 1993
AVIS SUR JAIL WORLD : Est-ce vraiment utile de répondre ? ♥ J'en suis à mon TC xD
COMMENT AS-TU CONNU LE FORUM ? 8D
AUTRE(S) ? J’vous aime *-*
ACTIVITÉ : Tout le teeeeemps jours.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rêveur
avatar

MESSAGES : : 125
NAISSANCE : : 15/04/1992
ÂGE : : 26
STATUT : : Chimère & Rêveur

MessageSujet: Re: Sookie † Je suis Samael   Lun 30 Avr - 5:14

Bienvenue sur le forum <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître
avatar

MESSAGES : : 134
STATUT : : Reine.

MessageSujet: Re: Sookie † Je suis Samael   Lun 30 Avr - 12:53

BIENVENUE À GEFÄNGNIS, SOOKIE.
Haaaa ! Tu nous as fait une terrible tueuse en série, brr, ça fait froid dans le dos (elle aime bien les prénoms qui finissent en -el, non ?). En tout cas tout est bon, alors...

TU ES MAINTENANT VALIDÉE ! BONNE CHANCE À TOI ET N'OUBLIE JAMAIS : LES TROIS DIRIGEANTS GARDENT UN ŒIL SUR TOI...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sookie † Je suis Samael   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sookie † Je suis Samael
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Noob, je suis un noooob!
» ATTENTION K-PLIM JE SUIS CONTRE TOUT RECYCLAGE DE RENE CIVIL...JWET SE JWET ...
» Je suis folle. Et toi?
» Je suis démocrate !
» Lindsay River ♥« Je suis l'unique créatrice de mes Désirs »
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jail World :: RÈGLES & ADMINISTRATION :: ➢ Dossiers des prisonniers :: » Condamnés-